“Rojava, le Temps des Kurdes”, livre de Fehim Taştekin, interdit

Fehim Taştekin

Le journaliste d’investigation turc, Fehim Taştekin, dont les reportages sur la Syrie ont suscité l’intérêt du grand public, a publié mercredi sur son compte Twitter, une réaction suite à une décision de justice interdisant son livre “Rojava : Kürtlerin Zamanı” (Rojava : Le temps des Kurdes).

À la suite d’un verdict rendu par le tribunal de la ville de Kahta, dans la province de Adıyaman , à l’Est de la Turquie, le livre de Taştekin a été interdit à la vente, en raison d’accusations de “propagande terroriste”. Dans son tweet, Taştekin a souligné l’absurdité de la décision du tribunal, qui accuse le livre d’avoir les “propriétés” d’une organisation terroriste.

Soulignant que son livre a été publié légalement et n’a jamais fait l’objet d’aucune enquête juridique, Taştekin a également critiqué le fait que son livre soit considéré comme une preuve de “propagande terroriste” dans des actes d’accusation dressés à l’encontre d’autres personnes accusées de “terrorisme” et de “crimes”.

Mithat Sancar, professeur et député du Parti démocratique des peuples (HDP), a posé des questions aux parlementaires et au Premier ministre turc, au sujet de trois livres qui viennent d’être interdits – à savoir ce livre de Fehim Taştekin et deux autres, “Birakujî” (Feud between Brothers) de Faysal Dağlı, et “Kürt Tarihi” (Histoire kurde) d’Aytekin Gezici.

Se référant à l’article 28 de la Constitution turque qui stipule: “La presse est libre, elle ne peut être censurée”, Sancar a posé les questions suivantes au Premier ministre : “Comment un livre peut-il être qualifié d’organisation terroriste? Combien de livres y a-t-il actuellement dont la distribution est interdite en Turquie? Quels sont ces livres ? Est-ce que l’interdiction de vendre et de distribuer les livres est conforme à la constitution et aux lois internationales sur les droits de l’homme ? Quelles sortes de précautions prévoyez-vous pour empêcher de telles interdictions? “

Cliquez pour agrandir

Traduction des Tweets :

Je ressens le besoin d’éclaircir les horreurs qui tournent autour du livre que j’ai écrit sur le Rojava et les Kurdes. Avec votre permission, je m’exprime en plusieurs publications

1- Mon livre intitulé “Rojava : Le Temps des Kurdes” dans lequel je raconte l’histoire proche des Kurdes en Syrie, et la dernière période, a été malheureusement interdit par le tribunal.

2- D’abord, les exemplaires du “Rojava : Le Temps des Kurdes” ayant été trouvés dans les domiciles de membres de Eğitim-Sen [syndicat des enseignantEs] et confisqués, ont été utilisés comme preuves à l’encontre de ces personnes.

3- A Ankara, encore, mon livre a été confisqué au domicile d’un enseignant arrêté pour un tweet, et a été versé dans son dossier comme preuve à son encontre.

4- Lorsque notre précieux collègue Aydın Engin, a été arrêté dans le cadre du procès Cumhuriyet, il a été obligé de subir un interrogatoire sur le fait de posséder le livre à son domicile.

5- Dernièrement, Ali Bozan, un des avocats du IHD [Association des Droits de l’Homme] arrêté à Mersin, a été accusé d’appartenance à une organisation [terroriste] à partir de la présence du livre Rojava confisqué chez-lui.

6 & 7- Me Bozan a subi des questions totalement insensées telles que : “Dans quel but possédez-vous ce livre d’organisation à votre domicile ?”, “Avez-vous porté plainte auprès d’une autorité quelconque concernant ce livre?”, “A qui avez-vous donné des consignes, sur les sujets concernant l’organisation se trouvant dans le contenu du livre?”

8- Or, “Rojava : Le temps des Kurdes” est un livre publié légalement, et qui n’a été objet d’aucune enquête depuis un an.

9- Il est évident qu’il y avait besoin de preuves pour “brûler” certaines personnes et un livre portant le titre “Rojava” faisait leur affaire.

10- Le fait d’utiliser un livre qui n’est pas interdit comme preuve de crime était vaine. Par ailleurs, posséder un livre interdit n’est pas illégal, et ne peut pas l’être.

11- Je pense que pour supprimer la contradiction entre “utiliser” un livre légal “comme preuve de crime”, il fallait interdir également le livre.

12- Au bout du compte, l’interdiction est tombée sur le dos du Tribunal Pénal de Kahta. Le verdict stipule “Livre portant le caractère d’organisation terroriste”.

13- L’avocat a donné une requête, précisant qu’il ne s’agit pas d’un livre de propagande, mais d’un livre de recherches et qui approche les parties avec objectivité.

14-Notre travail consiste à témoigner et écrire ce qui est observé. Je n’ai pas trahi les réalités que j’ai vues et entendues, et je ne les trahirai pas.

15- Le fait d’écrire les réalités les plus brûlantes, ne peut pas être un crime. Ce livre ne peut être une preuve utilisable à l’encontre de ses lecteurs/trices. Ce livre ne peut être une “organisation terroriste”.

16- Le fait d’accuser des personnes qui n’ont pas d’autre revendication que la Paix, de propagande terroriste est immoral. Je n’ai pas d’autres choses à dire.


English: Fehim Taştekin’s book “Rojava, the time of the Kurds”, banned Click to read

Traductions & rédaction par Kedistan. Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Kerema xwe dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
Translation & writing by Kedistan. You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil


KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

About KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

Related posts