Loup Bureau, Deniz Yücel, et 162 autres journalistes

journalistes

Voici la liste des journalistes incarcérés dans les prisons turques aujourd’hui (source “Media monitoring” sur la Plateforme P24, mise à jour très régulièrement). Loup Bureau y figure depuis son arrestation, avec 163 autres noms.

Elles/ils sont donc 164 aujourd’hui en prison.

1 Abdulkadir Turay, DİHA reporter
2 Abdullah Kılıç, Habertürk
3 Abdullah Özyurt, Zaman reporter
4 Murat Güreş, Gaziantep Güncel Editor-in-Chief
5 Furkan Gökşen, detailhaber.com editor-in-chief
6 Loup Bureau, freelancer
7 Abdulvahap İş (Freelance journalist)
8 Abdürrahim Ersöz, Antalya
9 Ahmet Altan
10 Ahmet Memiş, Gazeteci, Haberdar news website
11 Ahmet Metin Sekizkardeş, Zaman journalist
12 Ahmet Şık, Cumhuriyet reporter
13 Ahmet Turan Alkan, Zaman
14 Ahmet Yavaş, TRT (Erzurum)
15 Akın Atalay, Pres. of Cumhuriyet Foundation Executive Board
16 Alaattin Güner, Cihan media director
17 Ali Ahmet Böken, TRT News coordinator
18 Ali Aşikar – Azadiya Welat
19 Ali Babür Boysal, Zaman page designer
20 Ali Bulaç, Eski Zaman columnist
21 Ali Konar, Azadiya Welat bureau chief
22 Ali Ünal, Zaman columnist
23 Ali Yüce, TRT Radio broadcasts chief
24 Arafat Dayan, Demokratik Ulus
25 Aslı Ceren Aslan, Özgür Gelecek
26 Atilla Taş, Meydan columnist
27 Ayhan Demir, Çaldıran News Agency
28 Ayşe Nazlı Ilıcak
29 Ayşenur Parıldak, Zaman, Haberdar
30 Aytekin Gezici, journalist/writer
31 Aziz İstegün, Diyarbakır Zaman representative
32 Bayram Kaya, Zaman reporter
33 Beytullah Özdemir, Zaman Düzce bureau chief
34 Burçin Dokgöz, former Zaman and Çorum reporter
35 Bünyamin Köseli, Aksiyon magazine reporter
36 Cebrail Parıltı, Anadolu Ajansı (AA) Derik reporter
37 Cemal Azmi Kalyoncu, Journalists and Writers’ Foundation
38 Ceren Taşkın, Hatay’ın Sesi
39 Cihan Acar, Bugün reporter
40 Cuma Kaya, Zaman
41 Cuma Ulus, Millet newspaper’s publications coordinator
42 Deniz Yücel, Die Welt
43 Emin Demir, Freelancer
44 Emre Soncan, Zaman defense reporter
45 Ercan Gün, Fox TV
46 Erdal Süsem, Eylül magazine editor
47 Erdal Şen, former Meydan managing editor
48 Erdoğan Alayamut, Dihaber reporter
49 Erol Yüksel (TRT News Department vice president))
50 Erol Zavar, Odak magazine, owner and newsroom director
51 Fahrettin Kılıç, Özgür Toplum
52 Faruk Akkan, Cihan news agency
53 Ferhat Çiftçi, Azadiya Welat Gaziantep bureau chief
54 Fevzi Yazıcı
55 Gökçe Fırat Çulhaoğlu, Türksolu columnist
56 Gökmen Ulu, Sözcü
57 Gurbet Çakar, Hevi women’s magazine
58 Gültekin Avcı
59 Habip Güler, Zaman reporter
60 Hakan Aksel, TRT producer-director
61 Hakan Ergün, Azadiya Welat and Özgür Gündem distributor
62 Hakan Taşdelen
63 Halil İbrahim Mert, TRT (Erzurum)
64 Hamit Dilbahar, Azadiya Welat columnist
65 Hamza Günerigök, TRT
66 Hanım Büşra Erdal, Zaman reporter and columnist
67 Hasan Duman, Özgürlükçü Demokrasi distributor
68 Haşim Söylemez, Aksiyon columnist
69 Hatice Duman, Atılım newspaper’s owner and managing editor
70 Hayati Yıldız, Azadiya Welat
71 Hidayet Karaca, Samanyolu Media Group President
72 Hülya Karakaya, Özgür Halk Managing Editor
73 Hüseyin Aydın, Cihan reporter
74 Hüseyin Turan, Zaman columnist
75 İbrahim Balta, Zaman business editor
76 İbrahim Kareyeğen, responsible editor for Zaman
77 İdris Okur, Cihan New Agency Çorum reporter
78 İdris Sayılgan, DİHA
79 İlker İlkan, Azadiya Welat
80 İnan Kızılkaya, Özgür Gündem Newsroom Editor
81 İsmail Avcı, Zaman
82 İsmail Efe, local press advisor in İzmir
83 Kadri Gürsel, Editorial Advisor
84 Kamuran Sunbat, DİHA Çukurova reporter (formerly)
85 Kemal Sancılı, Özgür Gündem copyrights holder
86 Kenan Karavil, Radyo Dünya editor-in-chief
87 Lokman Erdoğan, Çorum Manşet, owner
88 Mahir Kanaat, BirGün, head of accountingn
89 Mediha Olgun, Sözcü
90 Mehmet Altan
91 Mehmet Baransu, Taraf columnist/reporter
92 Mehmet Çakmakçı, Medyascope.tv reporter
93 Mehmet Dener, Şanlıurfa.com editor-in-chief
94 Mehmet Güleş, DİHA
95 Mehmet Kuru, Zaman Eskişehir reporter
96 Mehmet Özdemir, Zaman columnist
97 Meltem Oktay, DİHA reporter
98 Meşale Tolu, ETHA translater
99 Mikail Barut, Özgür Halk former editor
100 Miktat Algül, Mezitli FM General Publications Coordinator
101 Mizgin Çay – Radyo Karacadağ
102 Muhammet Taşçılar, Şanlıurfa.com editor-in-chief
103 Murat Aksoy, former Yeni Şafak columnist
104 Murat Avcıoğlu, Zaman
105 Murat Çapan,
106 Murat Dağdeviren (Demokrat Gebze owner)
107 Murat Sabuncu, Editor-in- Chief
108 Mustafa Erkan Acar, Bugün news editor,
109 Mustafa Gök, Ankara bureau chief for Ekmek ve Adalet magazine
110 Mustafa Ünal, Zaman
111 Mutlu Çölgeçen, Millet, newsroom coordinator
112 Mümtazer Türköne, Zaman columnist
113 Nadir Yücel, Çorum Yıldız (local) Editor-in-Chief
114 Nedim Türfent, DİHA
115 Nizamettin İzgi (Batman Newspaper’s owner)
116 Nur Ener, Yeni Asya
117 Nuri Durna, TRT
118 Nuri Yeşil, Azadiya Welat Dersim bureau chief
119 Nurullah Kaya, Gaziantep Zaman representative
120 Oğuz Usluer, Habertürk former broadcasts coordinator
121 Osman Yakut, Zaman Antalya
122 Ömer Çelik, DİHA news manager
123 Ömer Oruç, Cihan newspaper
124 Ömer Özdemir, Antalya eski Zaman muhabiri
125 Özcan Keser (TRT reporter)
126 Özkan Erdoğan, Özgürlükçü Demokrasi
127 Rabia Özkaya, Özgür Halk
128 Ramazan Alkan, Yeni Akit reporter
129 Resul Cengiz, Denizli reporter with Zaman
130 Sadık Demir – Radyo Karacadağ
131 Salih Erbekler – Radyo Karacadağ
132 Sami Tunca, Mücadele Birliği magazine Managing Editor
133 Selman Keleş, DİHA
134 Serhat Şeftali, Zaman regional bureau chief for the Med region
135 Serkan Aydemir, Bitlis Aktüel reporter
136 Serkan Erdoğan, Özgürlükçü Demokrasi
137 Seyid Kılıç, TRT News
138 Seyithan Akyüz, Azadiya Welat Adana bureau chief
139 Sezgin Kartal, Sosyalist Dayanımşa magazine
140 Şahabettin Demir, DİHA reporter
141 Şahin Alpay, Zaman columnist
142 Şeref Yılmaz, Irmak TV
143 Şerife Oruç, DİHA reporter
144 Şirin Çoban, Azadiya Welat
145 Tahsin Kürklü, Zaman – head of Logistics Department
146 Togay Okay, Özgür Gelecek
147 Tunca Öğreten, former Diken editor
148 Tuncer Çetinkaya, Zaman Antalya
149 Ufuk Şanlı, former Vatan columnist
150 Ulaş Sezgin, ETHA reporter
151 Ünal Tanık, Rota Haber editor-in-chief
152 Vahit Yazgan, İzmir Zaman bureau chief
153 Vedat Beki, Sözcü 18
154 Vedat Demir, former Yarına Bakış writer
155 Yakup Çetin, Zaman reporter
156 Yakup Şimşek, Zaman, marketing director
157 Yalçın Güler, TRT (Erzurum)
158 Yener Dönmez, Habervaktim news website
159 Yetkin Yıldız, Aktif Haber website editor
160 Yılmaz Kahraman, Özgür Halk editor
161 Yusuf Karataş, Evrensel columnist
162 Zafer Özsoy
163 Zehra Doğan, Jinha
164 Ziya Ataman, DİHA reporter

Et cette vidéo n’est qu’un pâle reflet d’une situation globale. Elle date de février 2017.

La plateforme P24 est une source que tout journaliste qui, de près ou de loin porte son regard sur la Turquie, se doit de consulter régulièrement. Elle diffuse en langue turque et en langue anglaise.

Si les chiffres diffèrent parfois de publications d’autres organisations internationales de défense de journalistes, c’est à la fois parce que la valse des arrestations en attente de procès, les libérations provisoires suivies de remises en prison ne permettent pas toujours, dans les conditions de désinformation de la Turquie, de s’y retrouver. C’est encore pire concernant les militants ou responsables politiques d’opposition démocratique.

Il arrive également qu’une distinction soit faite entre “officiels” détenteurs de cartes et non officiels. Quand on sait que le régime en Turquie se mêle de supprimer l’accréditation professionnelle, et le fait souvent pour les Kurdes, cette distinction n’a pas sa place. C’est ainsi qu’en 2016, par exemple, notre amie Zehra Doğan ne figurait pas sur les listes internationales des journalistes à défendre, avec beaucoup d’autres dans son cas. Il arrive parfois aussi que des distingos “internes” à la Turquie, pour des raisons “nationalistes”, s’immiscent au sein même des solidarités… Beaucoup de journalistes “étrangers” en résidence craignent de ne pouvoir retrouver leur possibilité officielle de travailler sur place. Le régime laisse planer sur eux une menace permanente, propice aux auto-censures.

Voilà pourquoi cette plateforme, fondée par Hasan Cemal, journaliste et écrivain turc, nous apparaît comme incontournable, pour tout membre de la profession d’abord, et au delà pour celles et ceux qui organisent des soutiens transnationaux. En espérant pour elles et pour eux qu’ils/elles ne s’y retrouvent pas un jour.

Ce sont toutEs des otages politiques du régime.

Ils/elles sont objets des manipulations diplomatiques pour les uns, de politique intérieure pour les autres. Et il faut relire la défense que Ahmet Şık, tête haute, développa devant le tribunal il y a peu, pour comprendre que devant ce régime, se présenter à genoux est la pire des manières, et serait ne pas comprendre sa nature profonde.

Laissons pour leur défense, la diplomatie aux diplomates, les roueries politiciennes aux politiciens, les arguments juridiques à juste titre aux avocats, bien démunis devant les tribunaux d’injustice.

Et ces mêmes avocats font l’objet eux-mêmes d’arrestations ou de garde à vue. Des instructions s’appuyant sur des arguties juridiques concernant le Code de procédure pénale, sont données en ce moment par le régime pour les dissuader d’intervenir dans les accusations de “terrorisme”… sous peine d’interdictions professionnelles pouvant aller jusqu’à deux ans, faute de pouvoir les supprimer de la procédure…

Et rien que le déplacement annoncé de loup Bureau, le journaliste français, vers une autre prison (Van) qui le coupera de son avocat sur place et désorganise sa défense, est une illustration de plus de cette politique d’éloignement des avocats.

Alors, mieux vaut connaître la nature de ce régime, avant de l’affronter pour exiger la libération d’unE journaliste. Le gouvernement allemand en a fait l’expérience avec Deniz Yücel, rédacteur à Die Welt, toujours emprisonné.

Une campagne s’engage en France et en Europe, pour obtenir la libération de Loup Bureau, sous le coup d’une accusation d’intelligence avec le terrorisme, du fait, entre autres,  de son séjour aux côtés des YPG/YPJ au Rojava, séjour dont il tira un documentaire pour la chaîne française TV5.

Il est totalement évident que Loup Bureau n’est pas allé en Syrie, au Rojava, pour y filmer des cailloux, et qu’il savait parfaitement qu’informer sur la situation sur place, entre le flot de propagande anti-kurde d’un côté, et l’angélisme d’une certaine presse “féminine” sur la réalité de “la guerre des filles”, enjolivant la mort, est de première nécessité. Parce que nous tentons de le faire en permanence, nous comprenons parfaitement ses choix et sa motivation. Et ses confrères devraient s’imprégner de cela quand ils/elles le soutiennent. Son choix également d’y retourner est celui d’un suivi et de la ténacité…

Il s’agit bien d’une prise de position politique, pas seulement “droit de l’hommiste”, mais humaniste et éthique, face à un régime turc fauteur de guerre, qui commet meurtres et exactions tout en faisant peser un joug sur plus de la moitié de sa population, en faisant aussi comprendre à ses minorités qu’elles ont vocation à disparaître. Et souligner que le régime turc joue un rôle de fauteur de guerre en Syrie même, fait aussi partie de l’information complète à fournir, comme hier des journalistes aujourd’hui emprisonnés ont mis à jour les connivences avec Daesh et le dihadisme… 

Et qu’on ne nous parle surtout pas d’un cas “isolé” résultant d’une erreur commise par un “débutant freelance”, du haut d’une chaire journalistique. Sinon, comment interpréter l’erreur d’un pas débutant du tout, le journaliste et écrivain turc Hamza Yalçın, qui se trouve en détention en Espagne depuis le 3 août, en application d’un mandat d’arrêt international émis par la Turquie ?

Y aurait-il un gros mot à dire que vouloir, ne serait-ce que témoigner, contre tout cela, est politique ? Quand on répond oui à cette question, on légitimise totalement l’accusation de terrorisme portée contre lui, en renonçant à défendre les valeurs humaines qui l’animent.

Il serait étonnant que le “syndrome de Stockholm” préside, dans certains médias ou chez des “confrères”, à la défense de Loup Bureau. Craignent-ils/elles de devoir creuser dans les opinions toutes faites sur la Turquie depuis des décennies à l’occasion de cette solidarité indispensable ?

Bien sûr, dans la nouvelle configuration politicienne française, on a encore des difficultés à saisir les relations franco-turques. Il y eut Mathias Depardon, qui fut plus une épine dans le pied, et pourtant fut retenu durant une longue période. On ne sait si ce sont les “efforts diplomatiques” ou la totale absence de preuves crédibles permettant d’étayer un acte d’accusation susceptible d’être instrumentalisé en interne, qui permirent sa libération… Sans doute les deux. Et c’est pour cela qu’on peut avoir une certaine méfiance sur les “promesses” faites alors par les diplomates…

La rançon du silence…

Eh bien, justement, au contraire, défendre les otages politiques, les journalistes emprisonnés, en faisant son travail d’information, c’est porter à la face de l’Europe le vrai visage de ce régime, et dénoncer de fait les Munich permanents face à lui.

Et les “sujets” ne manquent pas… Au hasard, la promesse de mort lente pour NURİYE ET SEMİH en grève de la faim et jetéEs en prison, depuis 157 jours… Non, ce n’est pas sauter du coq à l’âne…

Le journalisme n’est pas un crime.


SIGNEZ LA PETITION ICI
Pour suivre et relayer l’actualité du Comité de Soutien à Loup Bureau :
Suivez la page de soutien sur Facebook Free Loup Turkey | et le hashtag #FreeLoupTurkey

Loup Bureau


English : Loup Bureau, Deniz Yücel and 162 other journalists
Image à la une : Philippe Becquelin, alias MIX & REMIX

Rédaction par Kedistan. Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Kerema xwe dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
Writing by Kedistan. You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.

 

Daniel Fleury
REDACTION | Auteur

Lettres modernes à l’Université de Tours.
Gros mots politiques… Coups d’oeil politiques…
Daniel Fleury on FacebookDaniel Fleury on Twitter
Daniel Fleury

About Daniel Fleury

REDACTION | Auteur Lettres modernes à l’Université de Tours. Gros mots politiques… Coups d’oeil politiques…

Related posts