Zeinah, réfugiée, jeune fille en danger comme des milliers d’autres

réfugiée

Le même reportage sur unE réfugiéE pourrait être réalisé dans des centres d’accueil provisoires, dans la rue, ou sur des “jungles” improbables… ici en Europe. Dans le contexte du semblant d’accueil européen, la question des enfants est encore différente.

Soit ils ont disparus par milliers, en mer, sur la route, et les chiffres sont effarants. Soit ils (des garçons majoritairement) se retrouvent mineurs isolés en errance, ou proie, pour elles, de trafics…

Pour les partisans de la solution de “l’hébergement sur place” des réfugiéEs de guerre, comme solution qui répond au “pas de ça chez nous”, voici une illustration des résultats…


“Alors que nous venions en Jordanie, j’ai vu un vieil homme. Il était mort. Son fils était mort aussi.
Quand nous n’avions pas d’eau, je pensais que nous serions enterrés dans le sol comme eux. J’avais si peur”

Cette jeune fille de Hama, dans le centre de la Syrie, onze ans – raconte calmement son temps dans le “désert” – un terre-à-terre aride entre la Syrie et la Jordanie.

“Nous n’avions rien à manger pendant une semaine, juste un peu de pain dur et de tomates pourries. Ma mère nous en a donné un peu tous les jours. Comme nous n’avions pas d’eau, je pensais que nous allions mourir comme le vieil homme “, explique-t-elle, à l’intérieur d’un camp surpeuplé d’Azraq, près d’Amman en Jordanie, où s’entassent plus de 35 000 réfugiés syriens.

Pour Zeinah, c’était la troisième fois dans sa courte vie, qu’elle pensait qu’elle allait mourir.

La première fois, ce fut lorsque des hommes avec des armes à feu sont venus chez elle et qu’ils ont emmené son oncle.
“C’était le Ramadan. Quand j’ai entendu que nous pouvions manger, j’étais tellement heureuse. Ensuite, beaucoup d’hommes portant des fusils sont venus chez moi et ont essayé de prendre mon oncle. Il y avait des armes partout. Ils m’ont poussée, comme ma mère, et j’ai essayé de me réfugier vers ma tante. Ensuite, les hommes avec des armes à feu se sont répandus dans notre quartier.”

La mère de Zeinah écoute attentivement. Elle s’inquiète de sa fille depuis le jour où ils ont bombardé l’école.

“Nous avons entendu des bombes près de l’école, puis des coups de feu. Les enseignants devaient garder les enfants dans la cour, ils ne pouvaient pas les ramener à la maison. Nous avons dû attendre des heures pour voir nos enfants”, dit-elle en regardant fixement au sol.
La jeune fille aux yeux bleus aime regarder les grandes filles et jouer avec ses poupées.

Elle dit qu’elle ne veut plus jamais entendre le bruit des tirs, mais pour les jeunes filles qui vivent dans les camps de réfugiés, en plein essor en Jordanie, un nouveau danger menace.

Selon les statistiques publiées par “Plan International Ireland”, toutes les deux secondes, une jeune fille comme Zeinah est forcée au mariage, comme d’autres enfants à travers le monde.

En Turquie, au Liban et en Jordanie, des milliers de jeunes filles se marient et deviennent mères avant d’arriver à leur quinzième anniversaire.
Les jeunes filles qui s’occupent des cicatrices psychologiques de la guerre civile syrienne luttent maintenant pour faire face à la maternité dans des camps de réfugiés bondés où les normes culturelles et les préoccupations économiques ont abouti à ce que les travailleurs humanitaires appellent maintenant “une épidémie de mariages d’enfants”.

Colin Lee, directeur du programme Moyen-Orient de “Plan International”, est originaire de Drogheda, en Jordanie. Il tente d’empêcher les jeunes filles de se marier avec des hommes jusqu’à trois fois leur âge.
“Le niveau de la dette parmi les familles syriennes est énorme. Cela a mené à beaucoup de problèmes, y compris le mariage des enfants et le travail des enfants “, déclare-t-il.
“La tendance a augmenté dans la région, mais la situation économique est désespérée. Lorsque vous êtes là depuis cinq ou six ans, l’aide humanitaire se termine. Il n’y a pas beaucoup d’options ouvertes aux familles. Il devient un mécanisme d’adaptation et il est horrible que les gens l’utilisent”. Il explique avoir souvent plaidé la cause de la bataille humanitaire continue nécessaire pour sauver les filles perdues de Syrie.

Sara avait 15 ans quand elle s’est mariée. Maintenant, mère de deux garçons, l’enfant de 22 ans pourrait être confondue avec la sœur aînée de ses fils. Sara a déclaré que la pression de la famille l’avait amenée à perdre son enfance.

“Un ami de ma tante voulait une femme pour son fils. À l’origine, ils allaient épouser ma sœur aînée, mais c’est alors qu’ils m’ont choisie. Je ne sais pas pourquoi. J’avais seulement 15 ans et il avait 22 ans. Tout le monde me disait qu’il était un homme bon et qu’il travaillait dur”, a-t-elle déclaré dans un centre de “Plan” pour les réfugiés à East Amman.
Etudiante de 15 ans (en deuxième année d’études) , Sara déclare qu’elle était l’une des dernières filles de sa classe, mais qu’elle prévoyait d’aller jusqu’à la neuvième (troisième année).
“En Syrie, ils veulent que les filles épousent les jeunes. Les hommes préfèrent prendre une jeune fille afin qu’ils puissent l’élever et l’entraîner pour être ce qu’ils veulent. Je devais arrêter d’aller à l’école. Je voulais terminer la 9ème année, mais mon mari a dit non. Il m’a retiré mon téléphone mobile. Je n’avais pas de téléphone pendant sept ans.”
La colère de Sara face à sa situation est visible, alors qu’elle écarte le fils qui a du mal à sortir de ses bras. Paradoxalement, c’est l’enfant qu’elle désirait désespérément après trois ans de mariage.
“Je suis allée chez le médecin alors que je n’étais pas enceinte. Ce sont nos traditions, et je savais que ce serait ma vie. Je savais que je devais avoir un enfant. Ma famille a déclaré que je ne pouvais pas continuer l’école, de même que mon mari. Je devais accepter cela, mais je ne savais pas combien ce serait difficile. Quand j’avais mon bébé et qu’il pleurait, je ne savais pas quoi faire. Je pleurai avec lui. Je me sentais sans espoir. C’étaient les enfants qui élevaient des enfants.”

Comme Sara, Nour s’est marié quand elle était en huitième année. Le jeune homme de 21 ans a fui la Syrie, avec son épouse, enceinte de sept mois, et son enfant le plus âgé. La mère des deux enfants paraît beaucoup plus jeune que son âge, et parle timidement en expliquant son travail en tant que jeune travailleuse dans le camp.
“En Syrie, je n’ai pas travaillé. Les femmes n’ont pas travaillé, elles se sont mariées et ont des enfants, mais j’aime travailler. Parfois, c’est difficile mais ça me fait du bien. J’ai enduré beaucoup, donc je peux travailler dur. J’ai marché dans le désert pendant neuf heures sans nourriture ni eau quand j’étais enceinte. Je pensais que j’allais mourir. À bien des égards, je suis contente de vivre.”
Nour rêve du jour où ils pourront quitter le camp et avoir une vie normale. “J’aimerais avoir une seule occasion pour moi et pour ma famille. Je n’ai pas eu de liberté de décision, j’ai manqué mon éducation. Je ne laisserai pas vivre ma fille de la même manière”, a t-elle dit.

Dans l’aire de jeu aux couleurs vives de “Plan”, Zeinah joue avec ses amis dans le jardin, inconsciente de ce que l’avenir pourrait apporter. Sa famille a eu des difficultés financières depuis qu’ils ont quitté la Syrie et un mariage de leur fille pourrait signifier fournir une dot. Dans leur esprit, l’idée que cela pourrait leur apporter une protection contre les violences sexuelles se répand dans les camps.
“Plus de 75% de tous les réfugiés syriens sont des femmes, qui ont perdu leur principal revenu en raison de la guerre. Les gens subissent beaucoup de pression financière et beaucoup voient le mariage des enfants comme un moyen de protéger leurs filles, alors que la guerre continue de perturber les moyens de subsistance et que l’incertitude règne”, explique Ciara Jordan de Plan Ireland.

Pour Sara, se marier à 15 ans la dépouillait de ses choix et de ses chances pour un avenir meilleur. Elle aime ses enfants, mais se sent comme si sa jeunesse lui avait été volée. Alors que son fils pleure, elle se moque de sa situation.

“J’étais un morceau de papier blanc vierge, mais alors j’ai été froissé et jeté dans la poubelle”

Depuis la seconde Guerre mondiale, le monde n’a jamais fait face à telle crise des réfugiés : il y a plus de personnes en déplacement aujourd’hui que jamais. Mais derrière ces chiffres figurent des femmes, des hommes et des enfants.

Les femmes et les enfants ont 14 fois plus de chances de mourir dans une crise humanitaire qu’un adulte.

Chaque année, des millions de filles à travers le monde sont forcées à se marier avec des hommes, parfois deux ou trois fois leur âge. Et cela augmente considérablement en raison de la migration massive, dans le monde entier.

Norma Costello

 
Traduit à partir d’un article de la journaliste Norma Costello,  publié en anglais, dans les pages du journal Gazete Şûjin

Nous avons pensé qu’une traduction francophone était indispensable.

Visitez son site personnel, vous en connaîtrez davantage sur elle et ses engagements.


La France entre autres pays d’Europe parle de “crise des migrants”, d’invasion par les “réfugiés“, et des plateaux télé s’invectivent à coup de chiffres qui, comparés à ceux des régions du Moyen Orient où s’entasse la misère des guerres, sont grotesques. Les accords conclus avec la Turquie portent leurs fruits empoisonnés, et les noyades augmentent en Méditerranée depuis 2017, tout comme les crimes contre les humains qui se cachent derrière la façade lybienne. Quelques milliers de “migrants” deviennent une montagne insurmontable, tant le mot “accueil” brûle les lèvres.

Les réfugiéEs, mauvaise conscience des géo-politiques européennes et internationales, ont des histoires humaines que beaucoup s’évertuent à faire oublier. Et les “palabres” entre laïcs orthodoxes, positifs ou xénophobes ont belle allure lorsqu’elles contribuent à ré-hausser les murs de l’Europe, que ne pourront franchir désormais ces enfants réfugiéEs…


Traductions & rédaction par Kedistan. Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Kerema xwe dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas.
Translation & writing by Kedistan. You may use and share Kedistan’s articles and translations, specifying the source and adding a link in order to respect the writer(s) and translator(s) work. Thank you.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

About KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

Related posts