Le jour où commença la guerre civile

Peut-être que ça commence comme ça, une guerre civile ? Celle que nous sommes si nombreux à redouter, celle dont tout le monde a tellement peur à Istanbul. Peut-être que ça commence sans prévenir, d’un coup de couteau à l’étranger, dans un bureau de vote à l’intérieur d’une ambassade.Là où les exilés de Turquie peuvent voter eux aussi lors du référendum portant sur une réforme de leur Constitution. Peut-être que ça commence par une série de coups de couteaux, par des insultes et par une femme âgée qui s’interpose, appelant au calme avant d’être poignardée à son tour ?

guerre civile

“Dayîka (mère) Sultan”, Sultan Uğraş, 66 ans, blessée par coups de couteau à Bruxelles.

Alors hier, la guerre civile qui menace la Turquie a commencé en dehors de ses frontières, au cœur de la capitale européenne, dans un des beaux quartiers de Bruxelles. Le peu de détails qu’en rapportent les journaux belges n’apporte pas vraiment de précisions. Nous savons tous à quel degré de haine sont arrivés les Turcs à présent, chauffés à blanc par un gouvernement qui s’obstine à nier les droits humains des opposants et des minorités. Et je repense au texte de Simon Abkarian, le comédien, dans le Libé des écrivains du 22 mars  : «Mon père me disait que “les Turcs n’existent que par le glaive et pour le glaive. Quand ils auront tué tous les Non-Turcs, ils se mangeront eux-mêmes et se battront avec leurs ombres.” J’ai toujours cru que mon père se trompait, qu’aucun peuple ne porte en lui le gène de la violence. Pourtant, nous y sommes. Ces purges sont les prémices d’un massacre à venir. » Impossible d’oublier ses phrases qui m’avaient fait froid dans le dos.

La guerre civile des peuples de Turquie a donc commencé vers seize heures, jeudi 30 mars à Bruxelles. Devant l’ambassade de Turquie. Avec un couteau, des insultes et une barre de fer. Pourtant, nombreux sont ceux qui ont donné l’alarme ces derniers mois. A commencer par Garo Paylan, un député du HDP d’origine arménienne. C’était en mars 2016 qu’un journaliste français, Olivier Pascal-Mousselard, recueillait ses paroles : « Tout cela annonce peut-être le début d’une grande guerre intérieure. Car les Arméniens n’avaient pas de fusil et n’étaient pas organisés. C’est tout le contraire avec les Kurdes. »

Début septembre, c’était au tour de l’écrivain Ahmet Nesin, qui a fui la Turquie et demandé l’asile politique à la France en août 2016. Le 2 septembre, il déclarait à un journaliste suisse, pour Le Courrier  : « Je crains une guerre civile en Turquie. » Peut-être n’avons-nous pas fait suffisamment attention. C’était la fin de l’été et nous avions encore un peu la tête ailleurs.

Pourtant, le lendemain, le 3 septembre, c’était un autre écrivain, Nedim Gürsel, qui décidait d’enfoncer le clou dans Le Point : « Il y a un risque de guerre civile en Turquie », disait-il à Valérie Marin la Meslée. Peut-être que nous étions devenus sourds et aveugles. Anesthésiés depuis longtemps face à l’idée qu’une guerre civile devienne le seul destin de ce pays, puisqu’il était tombé aux mains des Musulmans.

Au même moment, le romancier Orhan Pamuk, prix Nobel de littérature en 2006, prenait le relais et donnait une tribune à La Repubblica, un journal italien : « Désormais la liberté de pensée n’existe plus. Nous sommes en train de nous éloigner à toute vitesse d’un État de droit vers un régime de terreur. »

Lettre d’Aslı Erdoğan

En décembre, du fond de sa prison des femmes, c’était Aslı Erdoğan qui nous mettait en garde« Mon sentiment est que la crise récente en Europe, déclenchée par les réfugiés et les attaques terroristes, n’est pas seulement politique et économique. C’est une crise existentielle que l’Europe ne pourra résoudre qu’en ressaisissant les nations qui la composent. »

Difficile d’être plus clair : « De nombreux signes indiquent que les démocraties libérales européennes ne peuvent plus se sentir en sécurité alors que l’incendie se propage à proximité. La “crise démocratique” turque, qui a été pendant longtemps sous-estimée ou ignorée, pour des raisons pragmatiques, ce risque grandissant de dictature islamiste et militaire, aura de sérieuses conséquences. Personne ne peut se donner le luxe d’ignorer la situation, et surtout pas nous, journalistes, écrivains, académiciens, nous qui devons notre existence même à la liberté de pensée et d’expression. »

Peut-être n’avons-nous pas su lire ces écrivains turcs. Leur lucidité, leur vigilance les a poussés à nous donner l’alerte en publiant dans nos journaux, en nous ouvrant les yeux sur un cauchemar que nous faisons semblant de ne pas comprendre. Aslı Erdoğan pèse ses mots quand elle parle d’une « dictature islamiste et militaire » et de ce « luxe d’ignorer la situation » quand on est journaliste ou écrivain, « nous qui devons notre existence même à la liberté de pensée et d’expression. »

Et maintenant, à l’heure des premières étincelles d’une guerre civile qu’annoncent depuis des mois les grandes voix de la littérature en Turquie, qu’allons-nous faire pour empêcher la guerre civile de se propager, au moment du référendum qui aura lieu le dimanche 16 avril 2017 ? Les discours délirants du président Erdogan, les menaces et les appels à la haine de ses ministres, les incitations au meurtre que les imams profèrent dans les mosquées sont bien assez violents pour mettre le pays à feu et à sang. Alors qu’allons-nous faire ?

Hier, une guerre civile a commencé en Europe, appelée par une « dictature islamiste et militaire » qui n’a pas cessé d’envoyer ses journalistes et ses écrivains en prison. Alors qu’attendons-nous pour utiliser la presse et la littérature pour faire barrage, pour empêcher la guerre civile qui vient crier sa violence dans la capitale de l’Europe ? Pourquoi ne répondons-nous pas à Aslı Erdoğan, quand elle nous annonce que « les démocraties libérales européennes ne peuvent plus se sentir en sécurité alors que l’incendie se propage à proximité. » C’était en décembre. Nous sommes en mars. L’incendie a traversé les frontières. Il est grand temps de répondre à Aslı, si nous ne voulons pas seulement compter les morts.

Tieri Briet 

Image à la une : Détail du tableau de Zehra Doğan “Cri”, “Hawar” en kurde, l’exposition intitulée “141” actuellement en place à Diyarbakır…

cliquez pour agrandir

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Kerema xwe dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas
Auteur(e) invité(e)
AmiEs contributrices, contributeurs traversant les pages de Kedistan, occasionnellement ou régulièrement...

About Auteur(e) invité(e)

AmiEs contributrices, contributeurs traversant les pages de Kedistan, occasionnellement ou régulièrement...

Related posts