Interrogations autour du Kurdistan dans “Chroniques rebelles”

kurdistan

Nous vous avions présenté récemment le livre de Pierre Bance “Un autre futur pour le Kurdistan ?” . L’auteur et Frank Mintz des éditions Noir et Rouge étaient les invités de l’émission Chroniques Rebelles, le 18 février 2017 sur Radio Libertaire.

Voilà une émission sans jargon ni langue de bois. Une suite de questionnements politiques à propos du Kurdistan, et principalement sur le processus en cours au Rojava. Prenez le temps d’écoute, vous ne le regretterez pas. Le choix musical qui accompagne les échanges vous ravira tout autant.

Vous n’y trouverez pas de discours idéologique rassurant, mais plutôt des interrogations et des essais de réponse sur ce que le mouvement kurde tente concrètement et pratiquement de proposer en matière d’institutions humaines, pour la coexistence de différents peuples sur un même territoire. Bien au delà, ces propositions sont une remise en cause radicale du patriarcat, et une prise de conscience en matière d’écologie sociale, tout autant que du dogme sacro-saint d’Etat-nation. Rien de bien nouveau finalement, puisque de la Commune de Paris en passant par la révolution espagnole, et des processus en Amérique Latine, ces mêmes questions se sont posées par le passé. Seulement là, 4 millions d’humains, au Nord de la Syrie, tentent une nouvelle fois sous nos yeux d’imposer des réponses, malgré la guerre et un environnement international contraire.

Ne pas s’y pencher et continuer à ressasser de sempiternels débats “théoriques” et historiques, alors qu’un processus politique nous invite à ouvrir les yeux et sortir de nos certitudes, serait vouloir rester dans le noir de la démoralisation, alors que “le vent qui se lève”, incite à s’aérer l’esprit.

En tous cas, à Kedistan, on a aimé et apprécié… Et si vous n’êtes pas encore convaincus et préférez la lecture, vous pouvez toujours trouver votre bonheur ICI.

  


Nous re-publions aussi l’excellente introduction de l’émission et, une fois les “gros mots” posés, vous invitons ensuite à écouter le reste…

Texte initialement publié sur le site de Chroniques Rebelles

La défiance à l’égard des politicien.nes est aujourd’hui quasi-générale. Certes les masques tombent rapidement ces derniers temps et les « affaires » se multipliant, la défiance se renforce. Cependant, aussi étonnant que cela puisse paraître, cette défiance n’engendre pas de remise en question de l’État et du capitalisme ni ne suscite de prise de conscience générale sur le fait qu’ils génèrent hiérarchie et privilèges, d’où la domination d’une minorité sur la majorité. Il est vrai que la menace d’absence d’État est constamment brandie par les autorités politiques, médiatiques et autres qui répètent à l’envi que sans le sacro-saint État, c’est le chaos, c’est l’anarchie…

Pourtant l’ordre sans le pouvoir, l’organisation ensemble et sans la domination… Un système sans hiérarchie, donc sans patriarcat, sans caste, ni privilèges et autres injustices, c’est quand même plus logique et pragmatique que l’arrivée d’un chevalier blanc (ou d’une chevalière) nous prenant pour des imbéciles, ou bien d’une avant-garde garantissant la justice et le bien être du peuple ! Il faudrait « distinguer l’ordre de la bureaucratie et voir cette société pour ce qu’elle est : non pas ordonnée mais bureaucratique, non pas tournée vers la pratique, mais obsédée par les symboles hallucinatoires du pouvoir et de la richesse, non pas réelle et rationnelle, mais fétichiste et paranoïaque. »

Pour en finir avec toutes les dominations, pourquoi ne pas reconsidérer l’idée du municipalisme libertaire de Murray Bookchin, qui préconisait de “remplacer le capitalisme par une société écologique fondée sur des relations non hiérarchiques, des communautés décentralisées, des technologies écologiques comme l’énergie solaire et l’agriculture biologique, et des industries à l’échelle humaine -bref des formes démocratiques d’établissement, économiquement et structurellement adaptées à l’écosystème où elles se trouvent.” Irréaliste ? Peut-être. Mais attendre que le système se délite de lui-même, quand l’on sait ses capacités à se recycler, et adopter un anticapitalisme qui se borne à critiquer ses dérives et ses aberrations, cela paraît tout aussi irréaliste.

Dans la première partie de son ouvrage, Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique, Pierre Bance revient sur l’œuvre de Murray Bookchin, notamment sur “la théorie du municipalisme libertaire tombée aux oubliettes lorsque des Kurdes, en Turquie et en Syrie, lui donnèrent une nouvelle actualité. Sous le nom de confédéralisme démocratique, ils tentent en effet, une expérience concrète d’un municipalisme libertaire adapté par Abdullah Öcalan à une situation géopolitique compliquée.”

Dans ce texte, Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique, il s’agit ni de rejeter, ni d’adhérer sans restriction à cette tentative, mais plutôt de l’analyser. D’ailleurs, précise Pierre Bance dans le paragraphe intitulé “L’État dans la tête”, “les Kurdes ne nous demandent pas de les aider, mais de les accompagner. Considérer leurs idées et leurs réalisations dans un esprit d’ouverture et un soutien critique, c’est un moyen de sortir de la situation décourageante dans laquelle le mouvement social s’enlise, de régénérer la pensée révolutionnaire, de cesser de croire que nous sommes dans l’action et la revendication alors que nous sommes dans la plainte, d’aller chercher ailleurs, non pour projeter notre incapacité sur des mouvements fantasmés, mais pour construire ici.”

Dans l’immédiat, la question n’est pas d’abolir le pouvoir, mais plutôt de définir qui a le pouvoir : une minorité dans sa bulle ou le peuple ? On peut estimer vaine l’expérience émancipatrice menée par la population du Rojava, au Kurdistan, n’empêche que c’est une bonne base pour commencer à remettre en question l’État et le capitalisme que de dire : “la liberté et l’égalité ne peuvent voir le jour sans égalités entre les sexes”.

“Sous l’effet de l’industrialisation culturelle capitaliste, les moyens étatiques de domination que les Kurdes dénoncent (nationalisme, sexisme, pouvoir religieux) sont confortés au point que “la société consent à sa propre captivité”, mieux, qu’elle finit par considérer les facteurs d’oppression comme un souffle de liberté. Si la société résout ses problèmes sans l’État, si elle s’émancipe de sa culture aliénante, elle le marginalise. C’est le projet du confédéralisme démocratique”.

Et si le projet échoue ? Ce n’est pas pour autant qu’il faut se résoudre à l’impuissance.

La Commune n’est pas morte.

A écouter…

Podcast de l’émission Chroniques Rebelles émise le 18 février 2017 sur Radio Libertaire 89,4 MHz FM
Invités : Pierre Bance, l’auteur du livre “Un autre futur pour le Kurdistan ?” et Frank Mintz des éditions Noir et Rouge

KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil


KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

About KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

Related posts