Il y a ces rencontres lumineuses qui surviennent subitement, comme un papillon qui survole des fleurs et vient soudain se poser sur la main. Ces rencontres qui te font dire, “Mais bon sang, comment est-il possible que j’ai pu passer à côté, depuis tout ce temps”, parce que tu te sens tellement ami, tellement parent, tellement en osmose…

Ces rencontres sont de véritables retrouvailles.

On en a eu une comme ça, pas plus tard qu’avant hier, au Kedistan…

Il s’agit d’une rencontre, qui souffle à plein poumons sur les nuages noirs dans lesquels nous plongeons sans cesse tous les jours, en suivant l’actualité et la situation en Turquie et au Moyen-Orient. Ces lignes que j’écris ici, sont donc une grande respiration, comme de celles qu’on prend, en se sauvant d’une noyade, après avoir frappé le fond avec le pied, en sortant la tête de l’eau.

Et ce que j’ai parcouru, feuilleté, et surtout surtout, écouté, est comme… comment dire ? Retrouver de la vie.

En parlant de rencontre, il s’agit là, non pas d’une personne, mais de toute une joyeuse bande. Les chemins qui se sont croisés ce jour là, étaient parsemés de morceaux d’une mosaïque musicale, et quand je parle de “mosaïque” elle n’est pas des moindres…

Ces femmes et ces hommes réuniEs dans la musique se nomment “Haïdouti Orkestar” et brassent les couleurs musicales de peuples indomptables, à la façon dont ma douce mère brasse thés et herbes de différentes vallées, pour préparer son in-fusion divine. Dès les premières notes, je me coule dans un plaisir quasi palpable, le même plaisir que je pêche dans une gorgée de tisane melting-pot de maman.

Plaisir, plaisir…. avec en cadeau, un pied de nez aux à-priori, un merde aux amalgames, et un “halte à la haine qui divise”.

“Le Haïdouti Orkestar conforte son rôle d’ambassadeur d’une France métissée.” disent-ils en se présentant. Et c’est bien dit ! “A l’heure où la tentation du repli communautariste est grande, le groupe affirme sa volonté de s’ouvrir largement aux différentes cultures. Certains érigent des murs à leurs frontières, le Haïdouti, lui, les transcendent.”

Je ne peux être que d’accord.

Ecoutes les. Je mets ma main au feu, que tu marqueras le rythme du pied, tu tâcheras de chanter, voire, tu danseras, même seulE à la maison.

Alors ?

Tu veux en savoir plus ?… Bon, d’accord.

“Haïdouti”, Qu’est-ce que c’est ?

Le mot diverge légèrement d’une langue à l’autre : haydut en turc signifie “hors-la-loi”, hajdú en Hongrie, haiduc en Roumanie et Moldavie, хајдук/hajduk en Albanie, Croatie, Bosnie et Serbie, ајдук/ajduk en Macédoine, хайдутин/haïdoutine en Bulgarie… Mais aussi aiducco en Italie, haïdouk en France, hayadut en Arménie et гайдук/gaïdouk en Russie.

Les sonorités sont voisines, la signification diffère légèrement, mais sa présence depuis la Hongrie jusqu’à l’Arménie indique son origine ottomane. Si en turc il signifie “hors-la-loi”, “brigand”, “scélérat”, en revanche le terme est synonyme de “rebelle”, “personne libre”. Rebelle et libre, voilà pourquoi haïdouti nous plait, et Haïdouti Orkestar nous parait comme unE amiE de toujours…

Et la musique ?

Pour cela, ne te fies pas à mon retard dans cette découverte, le Haïdouti Orkestar existe depuis un bon bout de temps… Il est parvenu à réaliser déjà 3 albums. Le dernier est “Doğu”, “Est” en turc… Mea Culpa… c’est moi qui étais à l’ouest…

“Les Balkans réunis”, sorti en 2005, a été suivi par “Balkan Heroes” en 2007. En 2008, le Haïdouti s’est invité à la fête du “Balkan Fever”, une compilation avec Taraf de Haidouk, Emir Kusturica, Goran Bregovic, et Benabar. Infréquentable. “Tek tek” arrive en 2009, “Doğu” explose en 2012, et avec Didier Malherbe et Ibrahim Maalouf s’il vous plait. Pour finir le topo de touuuut ce que j’ai raté, j’ajoute la Bande Originale “La Vache”, pour laquelle le Haïdouti Orkestar retrouva de nouveau Ibrahim Maalouf.

Oh la vache !

Haïdouti Orkestar | Ibrahim Maalouf
Bande originale du film “La Vache” de Mohamed Hamidi
avec Djamel Debbouze et Lambert Wilson

D’ailleurs c’est avec “La Vache” que le Haïdouti Orkestar fait son entrée dans le 7ème Art ! Il s’agit là d’un Road Movie signé Mohamed Hamidi. Avec “La Vache”, on est du voyage, mais il est rapide. Comme quoi parfois, il suffit de faire quelques pas, pour changer de bled. Notre destination sera cette fois, le Salon de l’Agriculture ! Si cette aventure nous amène du cœur de l’Algérie rurale à la porte de Versailles, ce n’est pas pour autant qu’on se sent dépaysés. Pour celles et ceux qui savent se laisser prendre par le rythme, se fondre dans les mélodies, il n’y a pas de contrées étrangères. “Quoi de mieux qu’une fanfare Gypsy Orientale pour rythmer l’improbable épopée d’un homme et de sa vache ?!” s’est dit dit Ibrahim Maalouf, et hop le Haïdouti Orkestar se trouva à sa place. Tout à fait à sa place. Il faut dire que pour Ibrahim et la bande de Haïdouti, c’est toute une histoire. Ils se sont croisés et enlacés en musique, régulièrement, notamment pour les 3 opus précédents, et aussi sur scène…

Mais qui sont les haïdouts ?

Le groupe est composé de neuf musicienNEs, Zeki Ayad Çölas (Turquie) au chant ; Sylvain Dupuis (France) tapan, batterie ; Denys Danielides (France) Soubassophone ; Krassen Lutzkanov (Bulgarie) kaval, saxophone ; Jasko Ramic (Tsigane de Serbie) accordéon soubassophone ; Pierre Rigopoulos (Grèce) derbouka, rek ; Martin Saccardy (France) trompettes ; Charlotte Auger, Manel Girard, Alon Peylet (France) tubas et Nuria Rovira Salat (Espagne), danse…

Mais, le Haïdouti est comme de l’eau qui coule de source, multiforme et bouillonnante. Il arrive que le groupe joue en trio autour du chanteur polyglotte et saziste Zeki Ayad Çölas, ou étende ses couleurs musicales sans frontières encore plus loin avec des invitéEs, comme c’est le cas de “Doğu” qui nous offre la voix de Sanaa Moulali et de Gülay Hacer Toruk, le doudouk de Didier Malherbe, zarb de Pierre Rigopoulos ou encore la trompette d’Ibrahim Maalouf…

Doğu

Et voici “Doğu”… Le troisième album, “opus” pour prendre l’appellation maison… J’avoue que j’adore rien que la pochette. Mon côté artiste en est même un peu jaloux… C’est la plume magique de Zeina Abirached, dessinatrice de BD libanaise, donc respect !

haidouti

Mais je ne l’ai pas encore acheté, alors je laisse la parole à mes haïdouts préférés pour les présentations.

Le “Haidouti Orkestar”, la fanfare-orchestre balkano turque est de retour avec son 3ème opus. Alléluia ! Mazel tov ! Çok Güzel ! Les connaisseurs attendent l’évènement de pied ferme et peaufinent déjà leur jeu de jambes pour groover façon Balkans !

Ce troisième opus élargit ses frontières ! Il s’invite en Serbie, Macédoine, Bulgarie, Turquie… Il pousse même encore plus loin à l’est (Doğu), en fouillant les répertoires des musiques Azéri, Kurde, Syro-Libanaise et Arménienne.

Sur scène ou dans la rue, le “Haïdouti” cultive l’art et le génie de la rencontre des cultures : Imaginez les énergies croisées d’un turc, d’un tsigane de Serbie, d’un grec de la rue de la Roquette, d’un bulgare… Accompagnés de musiciens français nourris à la sauce balkanique depuis leur tendre enfance !

Dans le public, ça danse à s’essouffler, ça rit, ça se rencontre, ça rêve, ça frissonne…

L’album est finement ciselé principalement grâce aux arrangements de l’accordéoniste tsigane, Jasko Ramic. On y retrouve avec bonheur la voix chaude, profonde et si sincère du chanteur Zéki Ayad Çölas. Quelques invités comme Didier Malherbe et Ibrahim Maalouf sont (re)venus saluer le Haïdouti »… Et c’est tant mieux pour nos oreilles !

De ballades en rythmes soutenus, de la tradition à la modernité, l’album se déguste et dévoile, écoute après écoute, toujours un peu plus de sa richesse.

Cette fois encore, le “Haidouti” mené par le batteur-tapaniste Sylvain Dupuis, porte un projet d’envergure et nous livre un véritable message d’amitié et de partage entre les peuples.

Bah, après ça, j’en suis là où les mots sont de trop. Alors je me tais, et on écoute…

Tchekchouka

Encore encore ?

Fais-toi plaisir sur la chaîne vidéo de la bande. Pour plus d’infos, va donc voir Haïdouti Orkestar sur le site de Tchekchouka collectif d’artistes, tourneur éthique, Eco-label… Mais, avant, je vous donne rendez-vous à vous toutes et tous, pour un prochain article, pour parler des nouveaux projets du groupe… et de leur approche de la Turquie du Sultan. Parce que j’ai comme une chouette impression qu’on va bien s’entendre…

Et, en attendant, comme je suis gentille, je vous souffle déjà de quoi remplir vos agendas :

  • 9 février > Théatre Les Docks, Corbie (80)
  • 7 avril > Dôme de Saint-Avé (56)
  • du 12 au 14 avril > Résidence, Paul B (91)
  • 28 avril > Sortie d’album !
  • 6  mai > FGO Barbara (75)
  • 12 mai > Espace des Allobroges, Cluzes (74)
  • 20 mai > L’Estaminet, Magny les hameaux (78)
  • 11 juin > Villepreux (78)
  • 23 juin > Festival Les Saramandes, Rouillac (22)

Bonus

Haïdouti Orkestar à la cérémonie de clôture du Festival de Cannes 2016, sur l’invitation d’Ibrahim Maalouf.
L’un des moments inoubliable de l’année 2016 !

Pour plus...
Haïdouti Orkestar www.haidoutiorkestar.com | Facebook | Twitter @HaidoutiOrkest

Rédaction par Kedistan. | Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Kerema xwe dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas