Raconter la vie dans les prisons d’Istanbul • 1

prisons

Aslı Erdoğan, ou la nécessité de raconter la vie dans les prisons d’Istanbul

Samedi 31 décembre 2016, devant le lycée Galatasaray, avait lieu un rassemblement de solidarité avec les Kurdes disparus entre les mains des forces de l’ordre ou du système carcéral turc. Pas des terroristes, non, mais des enseignants, des avocats, des députés, des maires, des journalistes, des serveurs, des veilleurs de nuit et des artisans qui sont encore des milliers dans les prisons glaciales de l’Etat turc. Au premier rang, assise au sol et tenant la photo noir et blanc du beau visage d’un homme disparu, j’aperçois Necmiye Alpay, toujours solidaire. Combattante. Juste avant qu’elle ne prenne la parole et que chaque manifestant jette en l’air son œillet rouge. Je regarde longtemps les cent visages face à moi. Ceux des photos et ceux des manifestants. Je regarde la beauté des cent visages qui sont l’avenir de la Turquie, porteurs d’un vrai projet de démocratie, aussi nécessaire qu’inventif et surtout, le seul capable de reconnaître l’existence et l’importance des minorités en Turquie : Alévis, Arméniens, Grecs, juifs, Assyriens, Syriaques, Chaldéens et j’en oublie. Forcément j’en oublie mais je sais que la force de la Turquie est dans ces minorités millénaires qui ont traversé l’empire ottoman et qu’Aslı et Necmiye refusent d’abandonner à leur sort.

prisons

Pourquoi font-ils tellement peur à un pouvoir basé sur la violence et la corruption ? Parce qu’ils portent le projet d’une société qui donne envie de vivre : parité absolue des élus, féminisme, écologie, éducation et culture prioritaires. Le contraire d’une utopie, c’est-à-dire une démocratie directe et concrète, mise en œuvre dans les villages des zones kurdes que les Forces spéciales de l’Etat turc sont en train de bombarder, puis de détruire au bulldozer après que le vote à l’assemblée d’une expropriation générale.

Le rassemblement est cerné par les forces de police mais les manifestants sont très calmes, recueillis, solennels. Autant qu’on le serait pour une minute de silence en hommage aux victimes. Toutes les victimes, et elles sont des milliers, tous les emprisonnés, et leur nombre ne cesse pas de grandir.

Je m’approche pour serrer Necmiye dans mes bras, lui dire tout le bonheur de la retrouver loin des prisons. Ahmet Ergül me tend son téléphone tout cabossé : « C’est Aslı ! » Et c’est surtout la première fois que je peux lui parler. Je reconnais sa voix, entendue dans un ou deux documentaires, je bredouille quelques mots en anglais qui doivent la faire sourire. Elle me dit « Come ! We have to talk, now ! »

Depuis 36 heures, Ahmet est bouleversé par la libération d’Aslı, et sa joie mélangée à la mienne me bouleverse. Il est avec Fa, venue d’Allemagne pour le procès. L’autre cheville ouvrière de la mobilisation outre-Rhin, et encore la beauté d’un visage, la puissance d’une femme en lutte. Chacun deux ou trois téléphones qui sonnent sans arrêt, pour répondre aux journalistes du monde entier qui d’un seul coup, veulent tous interviewer Aslı. Ils me demandent ce que je pense de RFI, si ça vaut la peine d’accepter un entretien téléphonique. Je leur explique qu’on écoute beaucoup RFI en Afrique, dans les Antilles et ça suffit à accorder l’entretien : « Aslı likes african people ! » Je donne rendez-vous à Ricardo et Marie au dernier étage d’une librairie, qui arrivent en courant. Sous la neige, on cherche un taxi pour la rive asiatique d’Istanbul. Des cordons de police bloquent la ville dans un étau de surveillance. A chaque coin de rue, il faut ouvrir son sac, lever les bras, accepter les mains des policiers qui vous palpent.

Arrivés dans un salon de thé perdu au milieu des immeubles de banlieue, nous attendons Aslı. Nous avons une mission : réaliser une petite vidéo pour Kedistan, les vœux d’Aslı pour l’année qui s’annonce. Ricardo a 40 de fièvre et rien n’est simple, mais quand Aslı arrive, un peu nerveuse et aux aguets, de peur d’être surveillée par des agents des services secrets turcs. Elle dévisage autour de nous les hommes qui semblent seuls, on change de table pour s’éloigner de deux barbus qui nous scrutent avec trop d’insistance.

Et puis Aslı commence à raconter. Cigarettes et cafés en alternance, les mains remuent sans cesse avec les mots d’anglais qui nous permettent de se comprendre. Quatre ou cinq heures à écouter Aslı, à lui poser mille questions, à essayer de comprendre l’importance de toutes ces histoires de prison qu’elle raconte à la manière d’une conteuse. J’en suis conscient, c’est la romancière qui nous parle. Les violences et les solidarités féminines qu’elle nous raconte deviennent des mythologies pour un siècle déjà fracassé. J’ai passé la journée d’hier à écrire les histoires racontées, de peur d’en oublier certains détails qui déclenchaient, d’emblée, une image mentale aussi mystérieuse que fascinante.
Un fanatique venait d’ouvrir le feu dans une discothèque près d’ici. La violence est montée d’un cran dans les regards mais je continue d’écrire comme je peux.

Je raconterai chaque histoire. Elles sont importantes. Elles ne m’appartiennent pas. Elles s’écriront un jour dans les nouvelles et les romans d’Aslı, mais aujourd’hui, elle a voulu les partager avec tous ceux qui la soutiennent, au-delà des frontières. Mais juste avant de raconter, je veux propager l’alerte. Quelque chose de grave et d’important à savoir. Jeudi, İnan Kızılkaya et Zana Kaya deux éditeurs d’Özgür Gündem n’ont pas comparu devant la 23e Chambre de la cour de justice criminelle. La raison invoquée était digne d’un roman de Kafka : pas de fourgon cellulaire disponible.

Aslı nous a raconté une autre vérité : les deux hommes n’ont pas comparu surtout parce qu’ils n’étaient pas « présentables », suite à des maltraitances dans les jours précédents. Aslı a appris leurs appels au secours et leurs cris de souffrance. Demain je raconterai les mille récits de prison, promis, parce qu’elles ressemblent aux histoires de ses livres. Mais je voulais donner l’alerte, ici, dans les pages de Kedistan. Que le monde entier apprenne ce qu’Aslı a pu apprendre derrière les murs de sa prison. Les cris de journalistes battus à la veille d’un procès important, enfermés dans une prison qui ressemble davantage à un camp de concentration qu’à une prison moderne.

N’oublions pas les lettres qu’Aslı écrivait en prison. Son appel à l’insurrection et à la solidarité des journalistes et des écrivains. C’est maintenant. Aujourd’hui. Lundi 2 janvier, deuxième jour d’un procès qui n’est que la façade démocratique d’un crime d’Etat. L’Etat turc torture dans ses prisons. Des prisonniers y sont violés et poussés au suicide. Si nous avons lu et compris l’appel d’Asli, nous ne pouvons pas oublier que désormais, nos réseaux sociaux ont cette force imparable de pouvoir raconter et dénoncer ce que la diplomatie européenne fait semblant d’ignorer : le système de violences d’un Etat qui organise l’assassinat et la disparition de tous ses opposants.

Tieri Briet 
Istanbul, lundi 2 janvier 2017

Image à la une : ©Marie Le Strat


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
Kerema xwe dema hun nivîsên Kedistanê parve dikin, ji bo rêzgirtina maf û keda nivîskar û wergêr, lînk û navê malperê wek çavkanî diyar bikin. Spas
Auteur(e) invité(e)
AmiEs contributrices, contributeurs traversant les pages de Kedistan, occasionnellement ou régulièrement...

About Auteur(e) invité(e)

AmiEs contributrices, contributeurs traversant les pages de Kedistan, occasionnellement ou régulièrement...

Related posts