Kedistan résiste grâce à vous

kedistan

C’est plutôt une bonne nouvelle, grâce aux souscripteurs/trices, l’activité de Kedistan et sa totale gratuité peuvent se poursuivre.

Les premiers résultats de la  souscription en cours, ouverte en septembre, permettent déjà de couvrir les frais de fonctionnement jusqu’en février et de rembourser des “dettes” accumulées avant cette date, même si vous n’avez été que quelques unEs jusqu’ici à participer sur les dizaines de milliers que vous êtes. Si cette souscription se poursuit ainsi mois par mois, la sécurisation du site, sa gratuité pour tous les articles, les déplacements d’auteurEs aujourd’hui sollicitéEs et les frais journaliers de fonctionnement seront couverts grâce à vous qui nous soutenez. Et nous le redisons, même un seul euro finit par faire une rivière…

Le site qui héberge notre souscription fonctionne sans commissions (pourboire facultatif au gré de votre générosité) et permet de garder l’anonymat si vous le souhaitez. Il permettra aussi bientôt les “aides” mensualisées… Il reste également la solution des virements directs sur le compte de l’association de financement “les Amis du Kedistan”. Bref, plein de façons de soutenir le magazine, si vous pensez vraiment qu’il mérite d’exister.

Grâce à vous qui nous soutenez, nous lisez, nous diffusez sur les réseaux sociaux, la moyenne des lecteurs/trices, s’est stabilisée autour des 80 000 mensuellement. Un bon début.

Cela se répartit entre des lecteurs de l’hexagone français (65 %), et les lectrices/teurs francophones ou non dans le monde entier.

Nous en profitons pour rappeler quelques informations à toutes et à tous.

Il y a autour du magazine un réseau, en plus de l’équipe réduite qui assure le quotidien. Personne n’est rémunéré, ni même ne demande à bénéficier d’une “reconnaissance égotique”. L’engagement de toutes et tous est militant, autour des idées d’indépendance éditoriale, de partis pris assumés, mais de lutte collective. Il y a autour du site un travail d’auteurEs, de chercheurEs, de traducteurs/trices, de graphistes… Et de diffusion sur les réseaux sociaux.

Le site Kedistan tente d’utiliser au maximum l’outil numérique pour une information alternative. Les médias mainstream, après deux ans d’existence de Kedistan, jouent petit à petit le “jeu” et reconnaissent le travail effectué en citant la source et faisant les renvois d’usage vers le site, lorsqu’ils nous partagent. C’est vous, lecteurs et lectrices, qui en fréquentant le site, lui donnent une “visibilité” et le font reconnaître comme “source” d’analyses et d’infos alternatives. Ce sont les amiEs, les sites web qui nous relaient…

Et nous savons pourtant que leⒶ de Kédistan, reste un frein, voire nous a fait “bannir” de 5 ou 6 pages ou groupes sur les réseaux sociaux où nous étions auparavant partagés, (eh oui, ça vous étonne ???) comme s’il annonçait une contagion possible. Message à ceux/celles-là : le Ⓐ restera bien en évidence…

Nous continuerons, au delà du site lui-même, de ses relais sur les réseaux, à défendre la nécessité absolue et impérative, face au rouleau compresseur des répressions en cours, des fermetures de médias, d’interdictions de manifestations culturelles, et de la désinformation plus que jamais à l’oeuvre, à privilégier le rassemblement de toutes les bonnes volontés autour des nécessités imposées. Peu nous importe les “divisions” associatives ou partidaires, voire les “égos égarés”, ou les prés carrés. La situation en Europe ne se prête guère à ces “luxes” là, dans la mobilisation pour le Moyen-Orient.

Pourtant, nous devons rappeler quelques fonctionnements pour soutenir la presse alternative en général, et Kedistan en l’occurence ici. Les articles, billets, sur Kedistan sont destinés à être partagés. Et nous le voudrions le plus possible. Ils sont signés Kedistan ou du nom de leurs auteurEs, régulierEs ou invitéEs. Il contiennent des liens interactifs, qui les complètent, fournissent d’autres pistes etc… Des images, des vidéos, lorsqu’elles figurent font partie des articles. Chaque article est en cohérence avec le site. Aucun billet ne se résume à son titre, un copié collé et à une image bâclée sucée sur google, vous l’aurez remarqué… Alors de grâce, ne détruisez pas ce travail (bénévole) en le caviardant par copiés-collés partiels, sans renvoi vers la totalité de la publication originale, en partages tronqués par ailleurs, sur du factuel dont l’analyse a alors “disparu”. Vous favorisez ainsi le lecteur/zappeur et l’approximation, la stricte info brute souvent émotionnelle, au détriment des contenus écrits et enrichis pour inciter à approfondir, réfléchir, mobiliser et ouvrir à la discussion. Tout le contraire du but recherché. Laissons l’effet Paris Match à ses initiateurs, il est déjà bien trop présent sur les réseaux sociaux.

Nous présentons, en page d’accueil, bien d’autres sites “amis” qui travaillent dans le même sens.

Vous pouvez donc aider par toutes sortes de moyens, même si vous ne participez pas à la souscription, à constituer un réseau de diffusion complémentaire, autour de Kedistan, et des sites qui se rejoignent dans ce besoin de dénouer les compréhensions autour du Moyen-Orient. Et ainsi ensemble, nous ne nous serons pas seulement des “crieurs” de mauvaises nouvelles.

Encore merci à toutes et à tous.

KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts