Şeyhmus Dağtekin : “En kurde, le mot ‘étranger’ n’existe pas”

Şeyhmus Dağtekin

Un temps suspendu, une respiration poétique. Et même si le poète Şeyhmus Dağtekin n’est pas “engagé”, plongé dans le tourbillon militant, il habite près de la source. Il rafraîchit la nuit noire sans faire taire le bruit de l’eau qui jaillit.

A la source, la Nuit

….. Quand j’étais petit, ma vie se déroula dans cette immensité déjà plusieurs fois millénaire sur la terre. Cette terre qui avait de toutes les couleurs dans ses entrailles et nous en abreuvait selon la saison ou les humeurs du temps. Cette terre qui promenait sur ses flancs toutes les tortues. Ces tortues qui n’arrêtaient pas de nous conter dans leurs regards le souvenir des pierres que nos grands-pères avaient dû lancer sur leurs carapaces quand ils avaient notre âge. Elles sortaient leurs cous aussi secs, aussi ridés, aussi vieux que la terre et nous suivaient de leurs doux regards avec un mouvement en lenteur et en grâce quand on ne les effarouchait pas d’un geste brusque et hostile.

Nous sommes tous de la terre et nous retournerons à la terre, nous disaient les grands, et nous nous approchions des tortues qui, dans leur marche si basse, si près du sol, se confondaient avec la poussière, avec les cailloux et nous invitaient à les voir plus près de la terre, à voir la terre de plus près.

Que les tortues soient de la terre, à la rigueur. Mais comment nous, avec notre chair à nous, notre sang à nous, pouvait-on être de la terre ? On voyait bien que le raisin, les figues, les poires sortaient de la terre, du moins que la vigne, le figuier, le poirier, que l’amandier étaient plantés dans la terre, que leurs fruits se mettaient à sécher dès qu’ils tombaient de leurs branches et que, en pourrissant, ils redevenaient terre, redevenaient poussière. Il en allait de même quand ils passaient par les entrailles de la tortue ou celles de l’homme. Mais comment les hommes et même les tortues pouvaient-ils être de la terre, eux qui marchaient sur la terre, qui s’élevaient de la terre, eux qui à chaque pas se détachaient et tentaient de mettre la plus grande distance entre eux et la terre ? Cela restait un mystère pour nous.

Şeyhmus Dağtekin, poète et romancier, né et élevé dans un village kurde en Turquie, vit à Paris depuis 1987. Il écrit en turc, en kurde ou directement en français. Ses textes ont été publiés dans de nombreuses revues et figurent dans des anthologies.

“L’écriture, l’art, consistent pour moi à embrasser l’être d’un même regard, du plus petit au plus grand, pour instaurer une autre façon d’être ensemble.
Sortir du rapport de forces et de domination pour entrer dans un rapport d’amour où l’autre est la condition même de mon existence.”

Un itinéraire d’artiste toujours méfiant à l’égard des destins figés, des identités assignées.

Şeyhmus Dağtekin a reçu le Prix de l’Académie française Théophile Gautier pour “Juste un pont, sans feu“. Il est également lauréat du Prix Mallarmé 2007 pour ce même recueil (Le Castor Astral, 2007), du Prix international de poésie francophone Yvan Goll pour “Les chemins du nocturne” (Le Castor Astral, 2000) et son roman “A la source, la nuit” (Robert Laffont, 2004) a reçu la mention spéciale du Prix des Cinq Continents de la Francophonie.

Il était l’invité de “D’ici et d’ailleurs” sur France Inter le 29 octobre 2016.

Zoé présente l’émission :

Ce soir il sera question des montagnes du Kurdistan, du bruissement des arbres, et d’un monde d’avant le livre. Il sera question de territoire ouvert, d’horizon et de lignes de fuite, ce soir il sera question d’un berger qui a lu Joyce et Dostoievski, le pied gauche au village, le pied droit dans l’univers.

Ecoutez cette belle émission sur le site de France Inter

Et en bonus, vous pouvez lire les livres de Seyhmus dans la bibliothèque numérique de l’Institut Kurde de Paris. Vous y trouverez deux de ses œuvres ci-dessous, en pdf mis à votre disposition. Il vous suffit tout simplement de cliquer sur les liens.
Bonne lecture !

A l’ouest des ombres, Le Castor Astral, 2016
Elégies pour ma mère, Le Castor Astral, 2013
Ma maison de guerre, Le Castor Astral, 2011
Au fond de ma barque, L’idée bleue, 2008 (disponible également en kurde à la bibliothèque Çaryek esman bi şûn de)
Juste un pont sans feu, Le Castor Astral, 2007, Prix Théophile Gautier de l’Académie française
La langue mordue, Le Castor Astral, 2005
À la source, la nuit, Robert Laffont en 2004, mention spéciale du Prix des Cinq Continents de la francophonie.
Couleurs démêlées du ciel, Le Castor Astral, 2003
Le verbe temps, Le Castor Astral, 2001
Les chemins du nocturne, Le Castor Astral, 2000, Prix international Yvan Goll
Artères-solaires, L’Harmattan, 1997.

Biographie

Şeyhmus Dağtekin, poète et romancier est né à Harun, village kurde au sud-est de la Turquie. Il a grandi dans une bourgade de montagne au mode de vie quasi autarcique, sans voiture, ni télévision, ni radio. Les hommes de son village vivaient, pour beaucoup, de contrebande. Au village, l’écrit n’existait pas, sauf sur les emballages d’aliments ou sur les paquets de cigarettes arrivés en contrebande des pays arabes voisins.
Le kurde, unique langue des villageois, est interdit par l’Etat turc. Pendant la petite enfance de l’auteur, seuls deux hommes, dont son père, parlent le turc et lisent l’alphabet latin. Dans les années 1970, L’Etat turc construit une école et nomme un instituteur, l’auteur appartiendra à la première génération scolarisée du village.
Puis ce fût l’université à Ankara et les études de journalisme et d’audiovisuel. En 1974, l’un des frères de l’auteur part travailler en France comme ouvrier dans l’industrie lorraine. En 1987, Şeyhmus Dağtekin le rejoint pour compléter ses études universitaires. Il “naît alors au français”. Après Nancy suivent des études de cinéma à Paris.
Quatre ans à peine après son arrivée en France, il commence à écrire en français et choisit la poésie et son exigence d’appropriation de la langue. Puis en 2004, Seyhmus Dagtekin publie son premier roman, À la source, la nuit chez Robert Laffont, roman à la langue poétique qui nous plonge dans la vie du village de l’enfance de l’auteur et qu’il définit comme le roman d’un monde d’avant le livre.
Aujourd’hui, l’écrivain est ancré dans la vie littéraire française. Il n’est plus retourné en Turquie depuis 1992, où il reste en délicatesse avec les autorités. Seyhmus Dagtekin aime à rappeler qu’il n’a pas de drapeau, qu’il soit turque, kurde ou français.

Site Internet | Facebook |

KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.