Pour Zehra Doğan : pas de paix en prison !

Vous attendez sans doute des nouvelles de Zehra Doğan.

Zehra, journaliste de l’agence féministe JINHA, accusée d’être membre d’organisation illégale, pour ses articles et dessins, est actuellement détenue dans la prison des femmes à Mardin.

Zehra reçoit son prix de journalisme "Metin Göktepe" en avril 2015
Zehra reçoit le prix de journalisme “Metin Göktepe” en avril 2015 pour son reportage avec les femmes yézidies.
Avec la mère de Metin…

L’hiver commence dans l’Est de Turquie, au Kurdistan Nord, Bakur… Zehra et ses amies détenues partagent à près de 50 personnes, des quartiers prévus pour un maximum de 30 détenues. Avec ce nombre de personnes élevé, les pièces deviennent très rapidement irrespirables, donc les détenues sont obligées de garder les fenêtres ouvertes. Et plus la température baisse, plus cela pose de problèmes de santé.

Son ami Onur Erem avait donc prévu d’apporter quelques vêtements chauds à Zehra. Il y avait aussi un survêtement à capuchon, sur lequel le mot « Peace » était imprimé en grandes lettres. Visiblement l’autorité étatique ne supporte pas la “paix” même en peinture, car le vêtement a été refusé pour Zehra.

Onur explique :

Quand j’ai insisté en disant qu’il n’y a rien de mal d’écrit dessus, que c’était juste le mot ‘paix’, ils ont répondu « Nous avons des ordres, nous ne prenons pas des symboles politiques à l’intérieur. Si on le laisse passer, la direction va nous rouspéter. »

Özgür Gündem

Onur a parlé du journal Birgün, de ce magnifique exemplaire du journal Özgür Gündem, fermé par le gouvernement, que Zehra et ses amies avaient “édité”. Un acte de résistance très fort qui a ému au delà des frontières :

Après la mise au grand jour des photos du journal, le ministère de l’intérieur était furieux contre la direction de la prison « Comment pouvez-vous permettre d’éditer un journal à l’intérieur ? » Zehra m’a dit que suite à cela, la direction de la prison avait effectué des fouilles dans leurs quartiers pour chercher des machines à imprimer !

Une solidarité transnationale directe est la meilleure garantie contre les coups tordus que le régime AKP peut fomenter contre ces journalistes en prison, qui font preuve de courage et restent debout.

Nous profitons donc de cet article, pour annoncer que nous allons bientôt lancer une campagne de soutien par lettres/cartes-postales, pour Zehra et ses amies emprisonnées. Nous attendons les détails sur les conditions de distribution des courriers à l’intention des détenues, pour mieux vous informer, guider, afin d’éviter que vos messages ne rencontrent les mêmes embûches que le sweat shirt imprimé “PEACE”.

Nous continuerons à vous faire parvenir des nouvelles, si minimes soient-elles, au gré des visites.

Zehra et ses compagnes détenues accueilleront vos mots avec joie, soyez en sûrs. Nous vous donnerons la marche à suivre très prochainement pour ce faire…


Traductions & rédaction par Kedistan. | Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts