A #Nuit Debout, le 17 avril dernier,  Raphaël Lebrujah, de retour du Rojava, expliquait comment la démocratie horizontale s’organise dans cette région. Un exemple concret, laboratoire grandeur nature, qui amène là un peu de concret…

S’il est un récit et un questionnement qui ont toute leur place dans les Nuits debout, c’est bien celui-là. Point de débat “constituant” à blanc, mais un ensemble de réponses construites dans le réel en lieu et temps de guerre, pour permettre sur un territoire mosaïque, de construire non une “nation”, mais une communauté de vie, pour des Peuples qui l’habitent, en toute autonomie.

C’est aussi un mode d’organisation démocratique qui se cherche dans le confédéralisme, malgré les hostilités alentour, et qui se veut offrir à la région une solution pour sortir des guerres par le haut. Et le tout dans l’égalité homme/femme, comme principe et préalable à toute réflexion et mise en oeuvre.

Au moment où ici, lorsqu’on parle généralement du Kurdistan, même à la “dite” gauche, revient le tryptique Peuple/Etat/Nation et le mot valise “indépendance”, il est plus qu’important, dans un endroit où se retrouvent questionnés et questionnant, de remettre les choses à l’endroit et d’en tirer profit.

Le récit d’un Peuple debout à Nuit Debout, ça s’écoute, ça se partage, ça se prolonge.

Dans la première partie Raphaël présente les grandes lignes, décrit quelques formes du processus démocratique en cours, plante le décor d’une révolution ignorée et pourtant si proche, et ensuite passe aux questions/réponses.
La durée de l’émission est de 1h10. Personne ne vous oblige à l’écouter d’une traite, d’autant que différents aspects de l’expérience politique en cours au Kurdistan syrien y sont traités.

Suffit de mettre le lien en favori non ?

Par contre, vous y trouverez des éclairages multiples, et des fils conducteurs, à partir du vécu de notre ami, sur ce que nous avons pu déjà partager ici et en dossier complet : Rojava

Bonne écoute.

Debout Education Populaire

carte-rojava debout

Appel à soutiens médicaux : Solidaires avec Rojava