A l’approche du 101ème anniversaire du génocide des Arméniens de 1915, Garo Paylan, député d’Istanbul du HDP, a rappelé la date à sa manière dans l’enceinte de l’Assemblé Nationale turque.

Garo, a apposé les images de députés arméniens, dont Garabet Paşayan et Nazaret Dağavaryan, députés de Sivas, Krikor Zohrab, député d’Istanbul arrêtés et exécutés lors du génocide, sur les sièges de l’Assemblée…

Garo Paylan a partagé les photos de cette initiative via Twitter. : “Les députés de l’Assemblée Ottomane, arrêtés et massacrés en 1915, sont de nouveau à l’Assemblée, 101 ans plus tard…”

Le samedi 24 avril 1915, à Istanbul, alors capitale de l’empire ottoman finissant, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement. C’est le début d’un génocide qui va faire environ 1,5 million de victimes dans la population arménienne, la presque totalité de la communauté.

Parler de ce génocide, refoulé turc de la fin de la période ottomane, qui hante pourtant toujours la “République”, ne peut se faire en dix lignes, au détour d’une “commémoration”, qui là, en l’occurrence, fait écho bien au delà.

garo paylan genocide

Lorsqu’une fraction politique propose aujourd’hui à la Turquie entière, les solutions d’autonomie et de fédéralisme, et notamment en résolution de la “question kurde”, cela se heurte toujours à “l’unicité” de la République, tant défendue par les kémalistes, l’unicité et l’identité turque, tant “guerroyée” par les ultra nationalistes, la nation turque indivisible, instrumentalisée par le parti des bigots et d’Erdogan. Ces trois défenseurs de la Turquie éternelle, sont les mêmes qui contribuent à ne pas vouloir en reconnaître la mosaïque, et à enfouir l’histoire. Celle du génocide arménien, complexe, est un révélateur des démons politiques que doit pouvoir combattre la Turquie, pour sortir de toutes les impasses politiques.

Vous trouverez aussi de plus amples informations sur le site Collectif Van