Demande d’emprisonnement pour les universitaires

emprisonnement

Le Procureur a demandé l’emprisonnement pour les trois universitaires stanbouliotes, qui avaient fait une conférence de presse, le 10 mars, pour porter la parole des signataires de l’appel pour la paix.

Ce jour là, Esra Mungan, Kıvanç Ersoy et Muzaffer Kaya, avait lu le communiqué des signataires de l’appel « Nous ne serons pas complices de crimes » en exprimant qu’ils insistaient pour leur demande paix. Ils avaient également souligné que le Procureur avait ouvert des enquêtes sans préciser un quelconque motif et sans fondement légal.

Une demande d’arrestation et de garde à vue a été annoncée à leur égard ainsi que pour une quatrième consoeur ; Meral Camcı. Le 15 mars dans la matinée, leur maison a été perquisitionnée en leur absence. Les enseignants-chercheurs, exceptée Meral Camcı  qui était à l’étranger, se sont rendus au commissariat accompagnés de leur avocats.

universitaire arrestation 15 mars emprisonnement
Photo publié par les universitaires sur Twitter, après leur interrogatoire.

L’ordre d’arrestation signé par le Procureur adjoint Irfan Finan, précisait comme motif « propagande pour organisation terroriste ». Le communiqué lu lors de la conférence de presse du 10 mars était également enregistré dans le dossier.

Autour de 11h les universitaires ont été transférés au Palais de Justice et interrogés de 13h à 15h. Leurs avocats ont annoncé à 16h30 que le Procureur avait pris la décision d’envoyer tous les trois devant le tribunal avec une demande d’arrestation.

Ils sont accusés d’avoir déclaré que l’Etat a fait des massacres, et qu’ils soutiennent alors, par la pensée et par l’action, l’organisation terroriste. Par ailleurs, le réquisitoire fait un parallèle avec les propos de Bese Hozat, co-président du Conseil d’Administration du KCK, Koma Civakên Kurdistan (Le groupe des communautés du Kurdistan) : « Il faut que les milieux intellectuels et démocratiques s’approprient les autonomies. » qui date du 22 décembre 2015.

Un rassemblement de protestation s’est déroulé devant le Palais de Justice, avec les termes de leur avocat :« cette décision qui n’a aucune base légale mais qui est totalement politique ».

protestation universitaires arrestation emprisonnement

Chris StephensonChris Stephenson, un universitaire anglais, arrivé ce matin au Palais de Justice afin de soutenir ses confrères, est également mis en garde à vue.

Le motif de la mise en garde a vue serait, les flyers de Newroz imprimés par le HDP d’Istanbul, trouvés dans le sac de Stephenson, lors de du contrôle de sécurité à l’entrée du Palais…

.


Pour lire les autres articles sur le même sujet cliquez ICI


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Kedistan’ın tüm yayınlarını, yazar ve çevirmenlerin emeğine saygı göstererek, kaynak ve link vererek paylaşabilirisiniz. Teşekkürler.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.

    Related posts