Les nouvelles qui parviennent de Turquie, et particulièrement du Kurdistan Nord, font penser à celles qui filtraient de Syrie au début de la guerre. Tirs de l’armée, arrestations, interdictions de toutes sortes, répression féroce.Le régime Erdoğan sait qu’aucune réaction n’aura lieu. Il se comporte comme l’ont fait des régimes fascistes du XXe siècle, en toute impunité internationale. Si les populations kurdes lui opposent la guerre demain, qui pourra les en blâmer. Qui aura tenté d’enrayer cette spirale ?

Face à une armée de l’Otan, suréquipée, surarmée en logistique de guerre urbaine, par les soins de ses “partenaires”, la résistance kurde, avec Daech dans le dos et des ultra nationalistes enragés au sein des forces de répression, ne pourra guère que se défendre.

A partir de combien de massacres Erdoğan jugera-t-il son nettoyage ethnique terminé ? Ou bien le conflit syrien est-il déjà en train de gagner cette région, donnant le prétexte à attaques hors frontières à court terme, la menace des troupes russes s’écartant ?

Rappelons nous toujours que c’est le Rojava qui est dans le viseur du régime turc.


Affrontements à Bağlar

carte-turquie-diyarbakirA Amed (Diyarbakır), les jeunes de Bağlar résistent face à l’armée turque.

Les mercenaires turcs qui ont assiégé le quartier de Bağlar commune d’Amed, se sont heurtés à la résistance des populations et ont ouvert le feu à partir des carrefours sur le quartier barricadé. Un enfant a été abattu dans le dos dans la rue 231 et transféré à l’hôpital par les habitants avec leurs propres moyens.

L Gouverneur de Bağlar a annoncé par un communiqué que le couvre-feu était élargi sur la zone située entre les Avenues Gürsel et Cemiloğlu et Bağlar Dörtyol, et à l’ensemble de l’Avenue Nükhet Coşku. (ANF 15/3/2016)

Dans la nuit, à 03h00, le couvre feu a été également étendue à Kaynartepe, un des plus grands quartier de la commune.

Une partie des habitants ont quitté leur maison, d’autres se sont enfermés. Dans la soirée du 14 mars, trois personnes dont un policier sont mortes et aujourd’hui un autre mort a été annoncé. Plusieurs gardes à vue sont signalées.

Dans le quartier Fırat de la commune de Kayapınar, la police a mis un appartement sous blocus. Des bruits de tir ont été entendu, un mort a été annoncé. Le voisinage témoigne que la police a frappé à la porte, l’occupant de l’appartement, Mahmut Zerif a ouvert la porte et a fait entrer les policier sans refus d’obtempérer. Les tirs ont été entendus en moins de deux minutes. Mahmut Zerif a été blessé à la jambe et un jeune tué. Le Procureur qui s’est rendu sur place pour les observations, a constaté que le concierge de l’immeuble était également blessé par balle.

Pendant que les affrontements continuaient à Bağlar, des manifestants se sont rassemblés à Ofis en scandant « Amed est partout, la résistance est partout ». La police est intervenue avec usage de gaz et canon à eau. Selon le correspondant de syndika.org, le même scénario s’est répété plusieurs fois.


Apartheid à Sur

A Sur, toujours à Amed, un mur est en train d’être construit avec des blocks de 2 mètres, avec une hauteur de 4 mètres afin de limiter et contrôler les entrées et sorties à la commune.
Bienvenus à l’apartheid ! On se croirait à Gaza, ou à Varsovie …
sur mur en beton


Opérations d’arrestations en Turquie et Kurdistan nord

Ce matin de bonne heure une large vague d’opérations simultanées ont été effectuées dans 9 villes, à Konya, Eskişehir, Elazığ, Urfa, Antalya, Adana, Denizli, Muş et Giresun. Plus de cent personnes ont été perquisitionnées et arrêtées, et mises en garde à vue dont 70 sont des membres du HDP.

nurhan erkal hdp konyaKonya : 6 personnes dont la Co-présidente HDP de Konya Nurhan Erdal ont été mises en garde à vue en prétextant les partages qu’elles ont fait sur les réseaux sociaux.

Elazığ : Mehmet Kılıçtepe, Abbas Yıldız ve Şaban Dağın, 3 reponsables du DBP sont mis en garde à vue sans annoncer de motif.

Urfa : Lors d’une intervention matinale dans un four à pain, un ouvrier Mehmet Başkale a été mis en garde à vue. Sa maison a été également perquisitionnée. Aucun motif annoncé.

Eskisehir : Opérations simultanées dans plusieurs maisons. 15 personnes mises en garde à vue, dont 8 sont ultérieurement libérées. Nametullah Başar correspondant de sendika.org, Osman Altun, Vedat Yalçın, Fevzi Ünal, Ersin Kaya et deux personnes dont les identités n’ont pas pu être définies sont toujours en garde à vue. Non seulement aucune information n’est communiquée sur les motifs mais le dossier est mis sous secret.

Antalya : Dans le quartier Habiller de la commune Kepez, plusieurs maisons ont été fouillées et mises en sac. Suat Varol, Fikret Varol, Barış Öztunç, Fırat Öztunç, Savaş Öztunç, Aydın Orhan ve Seyfettin Orhan ont été mis en garde à vue. Plus tard dans la journée, le nombre de personnes en garde à vue a atteint les 24, dont 13 enfants. Aucune information sur les motifs.

Adana, Mersin, Urfa, Hatay : Descentes dans plusieurs maisons. 36 personnes dont 7 enfants ont été mises garde à vues pour motif « Procurer des armes à l’organisation terroriste ». Ensuite elles sont transférées à la cité judiciaire, et 7 d’entres elles ont été arrêtées pour être « membre d’organisation terroriste ».

Muş : Les 5 personnes mises en garde à vue après les perquisitions du 11 mars, effectuées dans les villages de la commune de Varto, ont comparu devant le tribunal. Faysal Özgül, Sinan Boylu, Fevzi Sever, Cemil Öztok, Mücahit Bingöl ont été arrêtés pour « être membre d’organisation » et transférés à la prison de Giresu.

Denizli : Dans les quartiers de Gümüşler, Esentepe et Yeşilyurt , plusieurs maisons ont été perquisitionnées. 17 personnes ont été mises en garde à vue pour motif « être membre d’organisation ». Sait Öner, Hasan Öner, Ahmet Kaya, Halil Kaya, Vedat Basut, Hasan Engin, Ferhat Orak, Dilan Demir, Mahsun Yıldız, Özgür Aksu, Rahmi Orak.

Manisa : Les membres et responsables du HDP en garde à vue depuis le 11 mars, sont interrogés par le Procureur : Lokman Gül, Erol Bitmez, Ekrem Darçın, Ali Kaban, Fahrettin Kaban, Muharrem Demir, Recep Kerem, Abdurahman Taş, Haşim Kerem, Ömer Bağcı, Serdar Buldu, Ömer Kurşun, Fırat Savaşçı, M. Ali Akkurt ve Serhat Karagöz. 15 autres personnes ont été également envoyées au tribunal pour des interrogatoires. M. Ali Akkurt ve Serhat Karagöz a été libéré et les 13 autres dont 3 mineurs ont été arrêtés.

Kocaeli : Kamuran Onay, co-présidentte HDP de Dilovası, mise en garde à vue hier, a aujourd’hui comparu devant le tribunal. Elle a été arrêtée pour les motifs « être membre d’organisation » et « s’opposer à la loi sur les rassemblements et manifestations ».

Par ailleurs, les universitaires à l’origine de la signature du manifeste pour la Paix sont arrêtés et emprisonnés, pour les plus actifs d’entre eux.


En une minute…

Le résumé de la situation et les politiques de guerres de l’AKP en une minute de vidéo.

Extraits des discours d’Erdoğan en voix off :

Quand nos forces de sécurité arrivent à l’aboutissement de la très sérieuse opération intitulée « Opération Sérénité » qu’elles effectuent dans la région, des individus sont gênés de cela, car la région revient à elle même, la région commence à retrouver la sérénité.

Les rues de Cizre aujourd’hui, comme les autres rues de la patrie, ont retrouvé la sérénité.

[fbvideo link=”https://www.facebook.com/davamizdiyarbakir/videos/678605308909474/?pnref=story.unseen-section” width=”640″ height=”400″ onlyvideo=”1″]


Interdictions du Newroz

A Hakkari, la Préfecture a déclaré qu’elle interdisait toutes activités et actions concernant les célébrations de Newroz. Ensuite à Urfa, les célébrations programmés entre le 17 et le 20 mars, sont interdites. La Préfecture d’Urfa a autorisé seule la journée du 21 mars. La Préfecture de Diyarbakir a à son tour annoncé que les célébrations du Newroz, prévues pour le 17 mars à Silvan sont désormais interdites et que seule le 21 mars sera autorisé.

Yüksekova Newroz 2015

Yüksekova Newroz 2015