Un mouvement uni pour combattre le fascisme

Mouvement

Une annonce d’union de partis révolutionnaires, pour créer un mouvement commun, a été faite le 12 mars. Le PKK en fait partie, et semble même être à l’initiative.

Même si les unions et les désunions de partis nous semblent toujours dérisoires, le fait qu’aujourd’hui, de manière très officielle, le PKK annonce la création d’un front, et non d’une “fusion”, avec différentes organisations, dont on connaît l’influence restreinte, et souvent pour les européennes, confidentielle, nous apparaît pourtant important.

On a presque le sentiment de réentendre le cinéaste Yılmaz Güney, qui appelait en son temps, à l’union des forces communistes en Turquie, et ce, à juste raison dans les années noires…

Cette déclaration d’union est symptomatique du désarroi dans lequel est plongé la gauche turque et kurde, face à un régime qui porte des coups avec le soutien des Etats européens, et massacre dans l’indifférence. La caractérisation du régime AKP comme fasciste, et donc à combattre par les armes, et non les voies démocratiques, est à cet égard très significative.

Cela signifie également, de la part de la gauche turque et de l’extrême gauche, le fait de tirer un bilan négatif de la démarche parlementaire, et par voie de conséquences, une prise de distance avec le HDP.

Cette “union” a le mérite de réintroduire la “lutte des classes” dans la réflexion. Et en ce sens, les discussions sont celles de toutes les gauches européennes, et des bilans tirés des trahisons des luttes populaires qui se sont succédées ces dernières années.

Vous connaissez notre aversion pour le “jargon” politique. Mais nous traduisons.

A vous de lire entre les lignes, et de constater ce que cette union de tous les mouvements, que le régime Erdogan combat avec un terrorisme d’Etat sans retenue, peut avoir d’important pour la suite.

La recherche d’une unité entre mouvements qui combattent le régime, y compris armes à la main, précède une période dont la bascule peut aller vers la guerre, et participe d’un durcissement politique autour du PKK pour la Turquie.


10 organisations révolutionnaires dont le PKK ont fondé une union pour combattre le fascisme turc : “Halkların Birleşik Devrim Hareketi” (Mouvement Révolutionnaire Unis des Peuples)

  • Devrimci Karargâh (QG Révolutionnaire)
  • DKP (Parti de communards révolutionnaires)
  • MKP (Parti communiste maoiste)
  • MLKP (Parti communiste marxiste léniniste) pour combattre le fascisme turc au Kurdistan.)
  • THKP-C/MLSPB ( Parti/Front communiste de Turquie/marxiste-léniniste, brigades armées de propagande)
  • PKK (Le Parti des travailleurs du Kurdistan)
  • TİKB (L’union des communistes Révolutionnaires de Turquie)
  • TKEP-L (Parti communiste de Travail, léniniste)
  • TKP/ML (Parti communiste de Turquie/marxiste-léniniste) (a quitté l’union le 1er octobre 2016)

Par ailleurs, lors de la déclaration, la participation de l’organisation européenne, “Coordination des révolutionnaires prolétaires” (Proleter Devrimciler Koordinasyonu) a été annoncée. Une autre organisation, “Mouvement de Résurrection” (Diriliş Hareketi) serait sur le point de prendre sa décision, probablement positive.

Cemil Bayık, un de fondateurs du PKK et membre du conseil d’administration du KCK (Koma Civakên Kurdistan – Le groupe des communautés du Kurdistan) avait annoncé en décembre 2015 qu’une plateforme unitaire était en discussion avec diverses organisations de Turquie et d’autres pays. La déclaration a été lue par Duran Kalkan, membre du conseil d’administration du PKK et il a précisé que la date d’aujourd’hui était choisi pour sa symbolique :

En déclarant la fondation du mouvement, aujourd’hui le 12 mars, au 45ème anniversaire du coup militaire fasciste du 12 mars 1971, 21ème anniversaire du massacre de Gazi le 12 mars 1995, 12ème anniversaire du massacre de Qamislo commis le 12 mars 2004, nous annonçons notre détermination dans la lutte pour la fraternité des peuples, pour la démocratie, le socialisme, et la liberté, contre le fascisme, l’impérialisme et toutes sortes d’intégrismes.

Un communiqué unitaire lu à la suite de la déclaration dessinait les principes du mouvement :

  • Notre mouvement a pour objectif d’obtenir un avenir libre, démocratique pour nos peuples, contre l’impérialisme, le capitalisme, le chauvinisme, le fascisme et le racisme. Il considère incontournable la destruction de l’AKP fasciste, avec tous ses soutiens sociaux et par la force révolutionnaire du peuple.
  • Le gouvernement AKP, est en train de détruire la nature, en même temps que la société. Il intensifie l’exploitation de la classe ouvrière et de tous les travailleur/ses, et impose les conditions d’esclavage. Sur toutes les masses de population, il est répressif et meurtrier.
  • Le Mouvement révolutionnaire uni des peuples, adopte le principe de réunir et d’organiser toutes ces forces sous les attaques de l’Etat bourgeois de la République Turque et du gouvernement AKP, et de les mobiliser pour la lutte.
  • Le Mouvement révolutionnaire uni des peuples, lutte pour l’écologie, pour la libération de la femme, pour la classe ouvrière, les droits et les libertés des travailleurs, ainsi que pour installer le pouvoir du peuple pour la Turquie, et l’autonomie au Kurdistan afin de permettre un avenir libre pour nos peuples.
  • Le Mouvement révolutionnaire uni des peuples, appelle toutes les masses populaires meurtries par le fascisme et l’intégrisme, en commençant par les femmes, les jeunes, les ouvriers et les travailleurs, à s’organiser, s’unir et lutter pour la liberté, la démocratie et la fraternité des peuples.

* En 1993, une démarche précédente avait abouti à un mouvement similaire : DDGB, (L’Union des Forces démocratiques révolutionnaires)

Vidéos en turc et kurde.

KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil


KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

About KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

Related posts