“La parole de l’âne”.

En plein moment où Erdogan se confronte avec les universitaires qui ne veulent pas être complices de sa politique, cette analogie pourrait être désobligeante pour l’âne.

Mais, dans cette séquence, l’âne n’est pas du tout la figure mégalomane à laquelle on pourrait penser. Un âne peut toujours en cacher un autre. Cherchez donc ailleurs.

Non, il s’agit simplement de la libre interprétation d’une expression populaire connue…

 

 

[vsw id=”5K3mud-_6rc” source=”youtube” width=”640″ height=”344″ autoplay=”no”]

 

Et n’oubliez pas, pour celles et ceux qui découvrent cette chronique, que vous pouvez toujours voir ou revoir les chroniques précédentes.