Il faut taire la réalité à l’émission télé de Beyaz

Intervention d’une enseignante dans une émission de télé de Beyaz en direct, dénonçant les exactions de l’armée turque dans le Sud-Est de la Turquie.

Dans l’émission Beyaz Show de Kanal D du 8 janvier, une enseignante de Diyarbakır, ville assiégée par l’armée turque depuis un mois, a joint l’émission par téléphone en direct.

Elle a appelé tout le monde à ne pas rester silencieux face à la situation actuelle au Kurdistan, où les villes sont assiégées par l’armée depuis plus d’un mois : “Des enfants même pas nés, des mères, des enfants sont tués. En tant qu’artistes, en tant qu’êtres humains, ne restez pas silencieux”.

Pour avoir demandé la paix et la fin des exactions, l’enseignante a fait scandale en Turquie et est accusée “d’apologie du terrorisme”. Une enquête a été ouverte contre elle. La chaine a présenté ses excuses et a déclaré qu’elle avait été victime d’une attaque.

Le présentateur a aussi été pris pour cible, accusé de soutien au terrorisme pour avoir respecté l’appel de l’enseignante, et l’avoir fait applaudir. Sous la pression, il a déclaré ce soir qu’il s’agissait en fait de propagande du terrorisme, et qu’il était du côté de l’état et de son armée.

Les policiers menacent

Le journal Yeni Şafak pro-Erdogan, a publié à son tour, la vidéo d’un « policier » menaçant le présentateur.

Le journal présente la vidéo comme appartenant aux policiers des équipes spéciales. Le « policier » dont le visage est caché s’exprime :

beyaz

Nous n’oublierons pas ce comportement honteux envers les enfants de la patrie qui luttent contre des terroristes et le terrorisme, qui prennent le risque de devenir des martyrs honorés, dont les cercueils sont enveloppés de notre drapeau.

Le « policier » accuse l’institutrice qui ose ne pas rester silencieuse devant les morts d’enfants, de se faire la porteuse de parole d’organisation terroriste :

Tu as fait applaudir trois fois, cette femme dont nous avons appris que le nom et le métier était faux : de milliers de martyrs se retournent dans leur tombe, Beyaz. Tu as donné place à des mensonges comme des enfants meurent, les civils sont massacrés, et tu t’es approprié ton rôle avec plaisir, dans ce jeu de dupes.

Nous, en tant que policiers et soldats turcs sommes les descendants d’une génération qui sachant que les comptes seront donnés au dernier jugement, ne blessent même pas une fourmi volontairement. Comment peut-tu croire que nous tuons des enfants ?

(Nous ne donnons pas le lien de la vidéo, pour ne pas faire de l’audience au journal propagandiste de l’Etat Yeni Şafak. Celles et ceux qui veulent peuvent facilement la trouver sur le site du journal)

Kanal D met les point sur les i du nationalisme…

“Malgré le fait que Beyaz soit un présentateur aimé sans exception par tout le monde dans le pays, qui ne donne pas de place à la politique dans ses émissions, et qui embrasse toutes les catégories de la société, il a été attiré au coeur d’une provocation. En tant que chaîne de télé qui a adopté le principe de l’indivisibilité et de l’integrité de la Turquie, le Kanal D, conscient et triste d’être le cible d’une telle provocation rappelle que  Doğan TV ve Kanal D, se positionnent depuis le premier jour [de leur création] du côté de l’Etat”.

Beyaz rétropédale et patauge

Beyaz, a aussi été invité au JT de sa chaîne, et s’est exprimé en direct. Il a déclaré qu’il avait été  pris au dépourvu, complètement déstabilisé malgré l’expérience de 20 ans de direct… Il a précisé qu’il fait ses émissions pour “amuser” les gens et qu’il ne veut pas se mêler de politique, ni être instrumentalisé. Il s’est confondu en excuses et a terminé son interview “

(vidéo en turc)
Imaginons qu’Ayse Celik ne soit pas enseignante. Imaginons qu’elle n’existe même pas. Cela change-t-il quelque chose à la réalité qu’elle décrit ?
Souhaiter que les enfants ne meurent plus, transforme celle ou celui qui fait ce voeu de paix, en un(e) terroriste, par conséquent, traître à la patrie ?

#AyşeÇelikBenim

.
.

#AyşeÇelikBenim

Un rendez-vous twitter a été donné pour la soirée du 10 janvier à 21h avec le hastag #AyşeÇelikBenim et les internautes se sont exprimés contre la guerre menée dans le Sud-Est de la Turquie.

.

Voici une petite échantillon de photos :

 
Il est décidément devenu très difficile de s’exprimer pour la paix en Turquie, sans subir maintenant menaces et invectives. L’information ne passe plus et celles et ceux qui bravent cette chape de silence prennent des risques, le flanc garde ultra nationaliste d’Erdogan, très présent dans les exactions de l’armée et de la police veillant à cette censure. Une simple émission de télé grand public perturbée, et c’est la réalité quotidienne du régime qui se trouve portée au grand jour.
KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil.