Erdogan était de retour d’une visite de travail en Arabie Saoudite, jeudi dernier… Il a éprouvé le besoin de parler.

Lors de la conférence de presse, un journaliste demanda des précisions sur la récente déclaration du Premier Ministre Davutoglu : “Le système présidentiel existe aussi dans un système d’Etat unitaire”. Erdogan répond donc :

“Il y a actuellement des exemples dans le monde et il y a eu aussi des exemples dans l’histoire. Quand vous regardez l’Allemagne d’Hitler, vous  verrez cela. Vous verrez, dans différents pays, vous verrez également des exemples.”
(There are already some examples in the world today, and also some from the past. You see it when you look at Hitler’s Germany. Later you see the example again in various other counties.)

(vidéo en turc)
[vsw id=”WTe3D8C2fzU” source=”youtube” width=”640″ height=”344″ autoplay=”no”]

(vidéo türkçe/english)

[fbvideo link=”https://www.facebook.com/video.php?v=504574643078702″ width=”640″ height=”400″ onlyvideo=”1″]

Le “président” Hitler de la fin des années 1930 n’a jamais existé, puisqu’il ne s’est jamais fait élire, et que ce poste a disparu en même temps que la constitution (de l’ex république de Weimar), que le “chancelier Hitler”, qui s’était fait donner les pleins pouvoirs, n’a même jamais crû bon d’abolir en instaurant son “pouvoir absolu”. Çà, c’est pour la vérité historique.

Pour le reste, les boissons qu’ont dû lui servir ses hôtes du Golfe, lui sont montées à la tête, qu’il a déjà fort grosse. Non content d’avoir maintenant son peuple “bouc émissaire” en la personne des Kurdes, il voudrait sans doute aussi par la terreur et la guerre obtenir les “pleins pouvoirs”, afin de devenir le Calife qui ferait fureur, dans tous les salons européens et au delà.

Les politiciens, ça ose tout, quand devant eux tellement peu de mains se lèvent, pour stopper leurs bras armés. Ce qui se déroule au Kurdistan turc sera en 2016, le début d’un jeu de dominos qui pourrait bien faire tomber toute démocratie en Turquie, et en poursuivant son chemin, rejoindre les autres dominos, dans la région et en Europe, qui ne tiennent déjà plus debouts. Quand nous parlions de Munich au sujet de l’Europe et d’Erdogan, nous ne savions pas encore qu’il en adulait un des acteurs principaux.

Un communiqué a été publié par le secrétariat du « Palais illégal », afin de « clarifier » les paroles d’Erdogan sur Hitler, « distordues à tort » par une certaine presse et lés médias étrangers.

Le communiqué précise (nous traduisons tel quel)

1- Le système présidentiel peut exister dans des états unitaires. Un système présidentiel n’est pas obligatoirement basé sur le fédéralisme.

2- Ce qui est essentiel dans le système présidentiel, est l’application du principe de Justice et de répondre aux attentes du peuple.

3- Parlementaire ou présidentiel, quelque soit sa nature, quand le système est abusé, les mauvais régimes se terminent par des catastrophes, tels que dans l’Allemagne d’Hitler. Ni le système parlementaire, ni présidentiel, ne peuvent empêcher à eux seuls, l’apparition de ce genre de résultats. Ce qui est important, c’est l’appropriation d’une sorte de gouvernance juste, qui sert la nation.

Le communiqué souligne aussi, qu’Erdogan aurait donné l’exemple de l’Allemagne d’Hitler pour ces raisons et rassure « le monde » :

Il n’est pas acceptable de refléter comme une allusion positive pour l’Allemagne d’Hitler, les propos de Notre Président qui condamne l’Holocauste, l’antisémitisme, et par ailleurs l’islamophobie, comme des crimes contre l’humanité.”

Rétropédalage ridicule qui toutefois permet à Erdogan de faire parler de lui en Turquie, comme d’un “homme dont le monde entier commente les conférences de presse”. Pour Erdogan, tout cela n’est aussi qu’un “point de détail”.


Lisez aussi l’article “Que savent les écoliers turcs du nazisme ?” d’Etienne Copeaux. Il s’agit d’une note de recherche sur les manuels scolaires effectuée en 1992.