Arif Arslan, ouvrier technicien de l’Université Galatasaray est mort aujourd’hui, en réparant l’ascenseur du nouveau bâtiment de la faculté du Droit à Ortaköy à Istanbul. Les étudiants en colère commencent un boycot pour protester contre l’insuffisance des mesures de sécurité prises par la direction de l’Université.

N’assumant aucune responsabilité, Necmi Yüzbaşıoğlu, professeur du droit constitutionnel à l’Université Galatasaray et vice-recteur de l’Université déclare : « Il était un travailleur extraordinaire. Il était toujours présent dans des locaux 24h sur 24. Il rendait service partout. Il est malheureusement victime de sa bonne volonté et du fait qu’il était très travailleur ».

Ce n’est pas la première fois que arif-arslan-galatasarayles droits des ouvriers sont mis à l’écart à l’Université Galatasaray. Les mesures en matière de  sécurité au travail à l’Université ont été récemment remises en cause lors de la réparation de la toiture du bâtiment de la faculté de l’ingénierie.

Les enseignants et les étudiants de l’Université font appel au soutien des ouvriers travaillant sous  contrats de sous-traitance, en particulier les ouvriers d’entretien des locaux, les ouvriers du restaurant universitaire et les ouvriers des services de nettoyage. Il existe également une assemblée composée d’ enseignants et étudiants de l’université construite en soutien des droits des ouvriers de l’Université.

Les représentants du syndicat des enseignants à l’Université Galatasaray, Eğitim-Sen ont déclaré :

Le mercredi 11 Novembre 2015, notre université a été endeuillée par la mort d’Arif Arslan, technicien de notre établissement, dans un « accident » de travail lors de la réparation de l’ascenseur d’un des bâtiments de l’université. Les responsables insistent sur le fait qu’Arif Arslan avait décidé de réparer l’ascenseur « de sa propre initiative et en autonomie ». Pourtant, il est indiqué, dans le règlement interne, que la réparation de l’ascenseur est sous le domaine de compétence des techniciens de l’entreprise chargée de l’entretien de l’université. Il n’est donc pas possible que le technicien concerné ait décidé de réparer l’ascenseur « de sa propre initiative ». Si c’est le cas, ce sont les chefs et les supérieurs hiérarchiques de notre collègue décédé qui sont responsables d’avoir ignoré et ne pas avoir pris des mesures préventives suffisantes. Dans un contexte où les responsables des morts au travail restent souvent impunis, nous, les représentants du syndicat d’enseignants d’Eğitim-Sen à l’Université Galatasaray, attestons que nous suivrons tous les processus des procès juridiques et administratifs concernant la mort d’Arif Arslan .

Ses collègues bouleversés, soulignent qu’Arif a perdu sa vie dans dans un accident du aux mauvaises conditions de sécurité au travail. Or, il y a deux semaines, les administrateurs et académiciens étaient convoquée à un stage de “sécurité de travail” où ils abordaient l’ergonomie pour apprendre la meilleure façon de s’asseoir sur quel type de chaise…

Işıl Erdinç pour Kedistan