La journée mondiale du théâtre

Vendredi 27 mars était la journée mondiale du théâtre…

L’idéologie du pouvoir AKP, dans son élan de transformation de tous les Arts, dont le théâtre, fait tout son possible pour installer une culture conservatrice. Fermeture des théâtres, destruction des lieux historiques et cultes au nom du profit, comme le cinéma Emek, le Centre Culturel d’Atatürk, la démantèlement du système des Artistes de l’Etat, censure, surveillance des artistes, diminution des budgets… Procès pour un oui pour un non, parfois en trouvant des “injures subliminales” à l’encontre d’Erdogan dans les oeuvres comme c’était le cas récemment pour la caricature de la couverture de Penguen, journal satirique homologue de Charlie Hebdo… Le chemin des artistes turcs est parsemé d’embûches…

L’Art et la culture doivent être domptés, et l’âme créatrice doit se plier aux règles de cette vision conservatrice. Cette vision liberticide appuyée par l’Islam, va loin ; et essaye de réduire le sens des mots comme “créativité”, “créateur” considérés par les islamo-conservateurs réservés au dieu. Puisqu’il est le “Grand Créateur”, seul Allah peut “créer” n’est-ce pas ?

J’ai rencontré des peintres qui ne manquent pas de talent mais qui ne peignent plus du tout des représentations de personnes, interdites en Islam. Parfois très à cheval sur les règles, ne peignent plus que des paysages et des nature-mortes. Pas d’animaux non plus, car il ne faut pas représenter les vivants ! (Ce qui est au passage une offense à l’Art Seldjoukide). S’il vous plait, à quoi ressemblerait un paysage de Bosphore sans ses mouettes ! Pourtant les arbres sont bien là, vous pouvez les questionner, les arbres ne seraient pas des vivants ? Et bien, l’explication tombe : Vous ne comprenez rien, les animaux ont une âme, il ne faut pas peindre tout ce qui a une âme ! Ah bon, d’accord.

Les tutus des ballerines sont trop courts. “La danse et la musique classique ne font pas partie de notre culture” disent-elles les grosses têtes et les “penseurs” en théologie. D’ailleurs la musique n’est “autorisée” (entendez par l’islam) seulement si les paroles sont adaptées à la religion, et si elle ne contient pas de voix féminine. Ô femme diablesse ! (Vous trouverez de magnifiques citations à la fin de l’article concernant le Centre Culturel Atatürk à Istanbul.)

Des sculptures sont qualifiées de “monstres”, elles sont détruites ou enlevées des places publiques.

Dans tout ce travail de minage le théâtre prend forcément sa part.

La caricature de Cihan Demirci représente bien cette transformation.

Le théâtre turc Avant AKP – Après AKP

 

Celles et ceux qui suent pour le théâtre, sur scène, derrière et autour de la scène se battent et ne lâchent pas l’affaire.

goksel-kortay-theatreTous les ans, le communiqué de la journée mondiale du théâtre est rédigé par un artiste différent. Cette année c’est Göksel Kortay, qui parle au nom de toutes et tous. Göksel est une comédienne, enseignante. Elle a traduit de nombreuses pièces de théâtre, joué dans plus de 150 pièces. Elle a présidé pendant 12 ans l’Association des Comédiens du théâtre (TODER).

Elle souligne que sur les terres fertiles anatoliennes le théâtre existe depuis l’antiquité.

Actuellement la science et la technologie font de très rapides progrès, et l’Art et la Culture progresse parallèlement, dans des pays modernes, contemporains et qui ont complété leur développement(*). Dans notre pays le théâtre règne depuis l’ère antique. La Turquie est un trésor de Culture au point de tomber sur un amphithéâtre à chaque mètre carré creusé.

 
Göksel Kortay affirme que pendant l’Empire Ottoman, la tradition du théâtre gardait sa texture multiculturelle et polyglotte à travers “Karagöz-Hacivat”, théâtre d’ombre traditionnel, “Ortaoyunu”, pièce jouée sur les places publiques, “meddah”, ancêtre du one-man-show et que le théâtre sous toutes ces formes constituaient un pont du palais vers le peuple, et du peule vers le palais. Elle précise que suite à la fondation de la République, une sorte de “Renaissance” a été vécue et que le théâtre a pris sa place, avec d’autres formes d’Arts, dans la société et les institutions d’Etat.
 
L’artiste appuie sur le fait que l’Art est un des mâts qui tiennent le toit d’un pays :

Le théâtre est libertaire, il est la liberté. Il est la lumière, la clarté. L’être humain civilisé se doit d’être, un être authentique, qui pense, qui interprète, qui recherche et critique. L’individu est le témoin de son époque, et à travers le théâtre, il questionne. Le théâtre est fort parce qu’il a toujours une parole à prononcer. Le théâtre est dynamique, énergique, et il est l’outil d’éducation le plus singulier. La langue commune est une des pierres des fondations d’un pays. Partout, l’endroit où la langue est merveilleusement utilisée est sans aucun doute, la scène du théâtre. Le théâtre joue un rôle très important pour faire évoluer la langue turque sur le bon chemin, dans une période où elle est extrêmement altérée.

 
Göksel Kortay, ne manque pas de pointer la destruction des salles de théâtre déjà d’un nombre insuffisant et précise que même à Istanbul, le berceau de l’Art, de moins en moins de théâtres résistent.

Malgré toutes les embûches, et difficultés, dans une ville magnifique comme Istanbul, où plusieurs cultures fondent et se fusionnent dans le même creuset, près de 300 pièces sont jouées actuellement, dans des lieux de toutes tailles. Des jeunes brillants, talentueux, pour pouvoir exercer leur métier, présentent des pièces impressionnantes, touchantes, dans tous les lieux qu’ils trouvent, dans des recoins, des couloirs, des appartements, des chambres, des sous-sols… Mais malheureusement, tous ces lieux alternatifs sont sur le chemin de la destruction pour devenir des hôtels, des centres commerciaux. Malgré le tableau pessimiste d’Istanbul, dans les villes environnantes de nouveaux théâtres germent.


Lors du processus de l’entrée à l’Union Européen, le critère absolu le plus important et avant l’économie, est la Culture, l’Art et bien sur le théâtre. Dans des pays européens, même dans les agglomérations à moins 2 millions de population, ces villes disposent d’un théâtre. Pourquoi pas chez nous ? Dans ce cadre, venez, prenons ce rêve de créer un théâtre pour chaque ville, comme objectif. Ce rêve ne peut se réaliser que grâce à l’éducation. Le théâtre est amour, il est passion, un mode de vie.


Allons, mettons nous en mouvement, semons des grains de théâtre dans chaque ville, dans toute l’Anatolie. 

Venez au théâtre, vivez le avec nous. Faisons le vivre.

Le théâtre a toujours existé. Il existera toujours.

(*) J’ai traduit le communiqué rédigé par Göksel Kortay partiellement. Je suis bien sur d’accord avec elle, sur l’importance de l’Art et la Culture pour la société. En cette journée mondiale du théâtre, je souhaite de tout coeur, la liberté des artistes, et les moyens nécessaires pour que toutes et tous puissent accéder à la Culture.
Je tiens à préciser cependant, que dans ce communiqué, qu’il soit rédigé avec la meilleure volonté du monde, il y a une chose qui me dérange profondément : Le regard bourgeois à la turc sur les pays occidentaux, comme précise le communiqué, “des pays modernes, contemporains et qui ont complété leur développement”. Cette espèce d’interaction de perception entre l’Occident et l’Orient me met en colère, parce qu’elle est caricaturale et fausse. Les pays dit “occidentaux” sont loin d’avoir “terminé leur processus de développement”, ne sont absolument pas exemplaires, ni des paradis à envier et cela ne concerne pas que l’Art et la Culture. Göksel Kortay, en rédigeant ce communiqué, n’était sans doute pas au courant de la lutte des intermittents, et ce n’est qu’un exemple…  De plus ce genre de visions sont appropriées avec joie par ceux qui prétendent que tel Art ne fait pas partie de telle culture.
Naz Oke
REDACTION | Journaliste

Chat de gouttière sans frontières.
Journalisme à l'Université de Marmara.
Architecture à l'Université de Mimar Sinan, Istanbul.
Naz Oke on EmailNaz Oke on FacebookNaz Oke on Youtube
Naz Oke

REDACTION | Journaliste Chat de gouttière sans frontières. Journalisme à l'Université de Marmara. Architecture à l'Université de Mimar Sinan, Istanbul.

    Related posts