« Un peuple s’éteint quand il perd son énergie créatrice », Ali Ahmed Saïd Esber, poète syrien.

Le poète syrien Ali Ahmed Saïd, dit Adonis, francophone et laïque, s’est depuis longtemps positionné sur une réforme du monde arabe et de l’islam.

Trop peu écouté dans nos médias communautaristes qui ne veulent voir des arabes qu’une communauté rétrograde, nous vous invitons à l’écouter avec attention, sachant que, bien sûr, si le monde arabe doit s’ouvrir à la laïcité, nous ne devons pas faire l’impasse sur des siècles de colonisation où nous avons acculés nombre de peuples au sectarisme, ainsi que notre refus systématique depuis la libération, d’avoir donné aux arabes et aux africains la reconnaissance et la place égalitaire qui leur revenait de droit.

Par ailleurs, s’ils s’adressent en premier au monde arabe et aux musulmans, les propos du poète n’en transcendent pas moins tous les peuples et toutes les religions.

Écoutons le…

KEDISTAN
Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil
KEDISTAN on EmailKEDISTAN on FacebookKEDISTAN on TwitterKEDISTAN on Youtube
KEDISTAN

Le petit magazine qui ne se laisse pas caresser dans le sens du poil

    Related posts